Skip to content Skip to footer
Recherche

Chargement des résultats

Cybersécurité, risques sanitaires et volatilité, au cœur des préoccupations des dirigeants

25ème édition - PwC Global CEO Survey

  • 77 %

    Les dirigeants envisagent une amélioration de la croissance économique mondiale

  • 85 %

    Les dirigeants français, champions de l’optimisme (+26 points vs. 2020)

  • Top 3

    Les principaux risques au niveau mondial : cyber, sanitaires et volatilité macroéconomiques

  • +50 %

    Les dirigeants français s’engagent en majorité en faveur de l’objectif « zéro émission nette »

Malgré la pandémie actuelle, les dirigeants du monde entier n'ont jamais été aussi optimistes ces dix dernières années quant à l'amélioration de la croissance économique : pour 2022, 77 % le sont dans le monde, 85 % en France. Le niveau de confiance dans les perspectives des entreprises est quant à lui identique à celui de 2020, en France comme dans le monde. 

La cybersécurité, les risques sanitaires et la volatilité macroéconomique sont en revanche les trois risques principaux identifiés par les dirigeants et avec lesquels ils devront composer. 

Et en France et dans le monde, plus de la moitié d’entre eux ont pris des engagements en faveur de l’objectif « zéro émission nette ».

Playback of this video is not currently available

0:01:29

Optimisme : les dirigeants sont agiles et confiants pour s’adapter aux 12 prochains mois

Dans le monde, 77 % des dirigeants sont optimistes quant à la croissance économique pour 2022 : un taux similaire à l’année passée et une progression de 54 points par rapport à 2020 (53 % des dirigeants prévoyaient alors un ralentissement économique). Des variations existent d'un territoire à un autre. Les dirigeants indiens sont par exemple les plus optimistes : 94 % anticipent une croissance mondiale (contre 88 % l'an passé).

La France affiche un optimisme des dirigeants qui a bondi, à 85 % cette année, en hausse de 26 points, légèrement au-dessus de la moyenne européenne : 81 % des dirigeants européens prévoient une amélioration de la croissance économique mondiale. 

La tendance à l'optimisme des dirigeants d’entreprises tricolores est d’autant plus significative que l’Allemagne, la Chine ou les États-Unis voient cet indicateur à la baisse cette année. En effet, la plus forte baisse du niveau d’optimisme à l'égard de l'économie mondiale (-18 points) vient des dirigeants américains, qui gardent par ailleurs confiance dans la croissance de leurs entreprises. Des taux en recul également au Brésil (77 %, -7 points), en Chine (62 %, -9 points) et en Allemagne (76 %, -4 points).

« Les dirigeants ont appris à vivre avec la pandémie, et ils se sont prouvé qu’il leur est possible de transformer leur entreprise dans un contexte très difficile. C’est une chance pour nous tous car les entreprises sont au cœur du maintien de nos activités économiques et sociales. »

Patrice Morot, Président de PwC France et Maghreb

Cybersécurité, risques sanitaires et volatilité, au cœur des préoccupations des dirigeants

Malgré un optimisme élevé, les dirigeants sont conscients des risques qui affectent leurs entreprises : la cybersécurité et les risques sanitaires sont toujours les principaux cités (49 % dans le monde, 55 % en France - en progression de 36 % - pour la cybersécurité ; 48 % dans le monde, 30 % en France pour les risques sanitaires). 

La volatilité macroéconomique, ensuite, inquiète 43 % des dirigeants dans le monde, qui déclarent être très ou extrêmement inquiets de l'impact des fluctuations du PIB, de l'inflation et du marché du travail. En France, ce pourcentage s’élève à 28 %, en 5ème position derrière les conflits géopolitiques, qui inquiètent 40 % des dirigeants français (et sont le 2ème risque identifié). 

Le risque climatique est par ailleurs une préoccupation en hausse, pour 33 % des dirigeants dans le monde (4ème position dans le classement des risques) et pour 30 % des dirigeants français (3ème position, à égalité avec les risques sanitaires). Pour ces derniers, son impact potentiel sur les revenus et sur la capacité d’innovation des entreprises est important. 

Les inégalités sociales, en 6ème position en France et dans le monde, sont un risque pour 18 % des dirigeants au niveau mondial, contre 9 % pour les Français. Quant à la capacité à attirer et retenir les talents, c’est un enjeu sous-jacent : 69 % des dirigeants préoccupés par les risques d'inégalités sociales le citent, comme 62 % des dirigeants préoccupés par les risques sanitaires.

« Si les cyberrisques préoccupent autant les dirigeants, c’est qu’ils s’inquiètent de la sécurité de leurs infrastructures. Le numérique est devenu le moyen privilégié d’interagir avec ses clients ou encore de travailler ensemble. [...] Ces risques ne doivent cependant pas éclipser d’autres préoccupations comme celles liées au défi climatique ou aux inégalités sociales. »

Patrice Morot, Président de PwC France et Maghreb

Transition énergétique : accélérer pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux

Moins d'un tiers des dirigeants a déclaré que son entreprise avait pris un engagement de décarbonation. Seuls 22 % des dirigeants interrogés au niveau mondial ont pris un engagement en faveur de l’objectif « zéro émission nette » (26 % en France). Pour 29 %, cet engagement est en cours de mise en œuvre (28 % en France). 

  • À ce stade, les engagements en faveur de l’objectif « zéro émission nette » sont davantage associés à de grandes entreprises, générant de fortes émissions de CO2. Le secteur de l'électricité et des services collectifs est ainsi le plus représenté, avec 40 % d'organisations ayant pris des dispositions, suivi du secteur de l'énergie (39 %), des télécommunications (24 %) et des banques et marchés de capitaux (24 %). 

  • En parallèle, environ deux tiers (65 %) des dirigeants dont l’entreprise a un chiffre d'affaires d’au moins 25 milliards de dollars ont pris un engagement en faveur de l’objectif « zéro émission nette », contre 10 % des entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 100 millions de dollars.

  • Parmi les dirigeants qui ne prennent pas d'engagement en faveur de l’objectif « zéro émission nette », 57 % ont indiqué que leur entreprise n'émettait pas une quantité significative de gaz à effets de serre (GES). C’est le cas en particulier des dirigeants d’entreprise des secteurs de la technologie (74 %), des services B2B (72 %) et de l'assurance (71 %). 

À long terme, l'objectif « zéro émission nette » devra être au cœur des stratégies des entreprises, non seulement pour atténuer les risques liés au changement climatique, mais également pour répondre aux attentes des clients, des investisseurs et des employés.

« La prise de conscience est là, comme en témoigne la COP26 à laquelle les dirigeants étaient présents en nombre. Les entreprises ont besoin d’être accompagnées face à l’ampleur de la tâche, et particulièrement les ETI. Je suis optimiste ; il faut faire confiance aux entreprises qui ont montré leur capacité à se transformer face à la crise et qui montreront également qu’elles peuvent relever le défi du climat. »

Patrice Morot, Président de PwC France et Maghreb

PwC en direct, le podcast

Dans l’étude Global CEO Survey, PwC a recueilli les témoignages de plus de 4 400 dirigeantes et dirigeants afin d'identifier leurs priorités pour 2022 et les risques auxquels leurs entreprises pourraient être confrontées. 

A travers ce nouveau podcast PwC en Direct, Patrice Morot, Président de PwC France et Maghreb, nous livre les enseignements de l'étude au micro de Raphaëlle Duchemin

France : focus sur deux priorités spécifiques

Satisfaction clients et engagement des collaborateurs

Les objectifs extra-financiers les mieux représentés dans les stratégies à long terme des entreprises, et les rémunérations des dirigeants, sont étroitement alignés sur les performances quotidiennes de l'entreprise.

  • La plupart des dirigeants ont inclus prioritairement dans leur stratégie à long terme des objectifs liés à la satisfaction des clients (68 %), à la digitalisation / automatisation (66 %).
  • L’engagement des collaborateurs est davantage pris en compte dans les objectifs des dirigeants français (47 %, contre 36 % dans le monde). 
  • 21 % des dirigeants ont dans leur prime annuelle ou leur plan d'incitation à long terme, des objectifs liés aux résultats sociaux et environnementaux de leur entreprise, soit 6 points au-dessus de la moyenne européenne.

L’ESG, un accélérateur de confiance dans l’économie

Pour les dirigeants français ayant ou prévoyant de mettre en place une stratégie ESG : 

  • 89 % ont confiance dans la croissance de l’économie nationale, soit 6 points de plus que ceux n’ayant pas d’engagements définis ;

  • 67 % pensent que leurs revenus vont continuer à croître à horizon 12 mois, et 72 % dans les 3 prochaines années.

Méthodologie

Réalisée tant sur l’environnement macroéconomique mondial que sur l’activité des entreprises, cette 25ème édition de l’étude Global CEO Survey de PwC, menée entre octobre et novembre 2021, livre de nombreux enseignements concernant les attentes des dirigeants.

  • 4 446 dirigeants, basés dans 89 pays et territoires

  • Plus d’une cinquantaine de dirigeants français

Suivez-nous !

Contactez-nous

Jean-Paul Bouteloup

Jean-Paul Bouteloup

Directeur Marketing - Direction Sales & Marketing, PwC France

Tel : +33 1 56 57 12 84

Masquer