Global Crisis Survey 2021

Construire dès aujourd’hui la résilience de demain

Pour cette nouvelle édition de la Global Crisis Survey 2021, PwC a interrogé 2 814 chefs d’entreprises répartis dans 73 pays, exerçant dans 29 secteurs d'activité différents. Cette année, l’étude analyse la perception des dirigeants du monde entier face aux perturbations sociales, économiques et géopolitiques sans précédent.

Comment les organisations ont-elles réagi ? Comment intègrent-elles les leçons tirées de la crise dans une stratégie de résilience à long terme ?

Téléchargez l'étude

95 %

des dirigeants indiquent que leurs capacités en gestion de crise doivent être améliorées

80 %

des répondants ont modifié leur stratégie d'entreprise en réponse à la COVID-19

70 %

des organisations prévoient d'augmenter leurs investissements afin d’accroître leur résilience

Préparez votre feuille de route pour 2021

« Dans notre première édition de la Global Crisis Survey en 2019, 95 % des personnes interrogées s'attendaient à ce qu'une crise soit imminente dans les deux prochaines années. Pourtant, personne n'avait anticipé la pandémie mondiale actuelle. La nature imprévisible de la crise montre à quel point il est important d'investir dans le développement de capacités de résilience permettant de faire face à tout type d'événement. »

Julien Muller, Directeur crises et résilience, PwC France et Maghreb

Playback of this video is not currently available

1:17

Global Crisis Survey 2021

View Transcript

Quelles sont les 3 leçons essentielles à tirer de la crise ?

95 % des chefs d'entreprise indiquent que leurs capacités en matière de gestion de crise doivent être améliorées.

Bien que la quasi-totalité des dirigeants en 2019 s’attendaient à connaître une crise , 30 % des interrogés en 2020 admettent qu’ils n'avaient pas mis en place d’équipe dédiée pour y faire face. Au vu de l'année écoulée, le message est désormais clair : la définition d’une stratégie et d’un dispositif de gestion de crise est capital.

En effet, les organisations dotées d'une stratégie et d’une organisation de gestion de crise sont plus aptes à  se mobiliser rapidement, à stabiliser leurs activités et à réagir efficacement aux conséquences des perturbations.

Cela passe notamment par un programme capable de s'adapter à tous les types de crises. En 2020, seuls 35 % des entreprises disposaient d'un plan de réponse aux crises "très pertinent", ce qui signifie que 65 % d'entre elles n’avaient pas de plan conçu pour être "agile en cas de crise"- ce qui est pourtant la marque d'une organisation résiliente.

Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place ?

  • Désigner une équipe spécifique
    Lorsque la crise surviendra, une équipe formée et entraînée pourra se mobiliser et s'adapter rapidement, exécuter un plan que vous aurez testé et affiné au préalable permettant ainsi de maintenir vos activités essentielles.
  • Adopter une stratégie de crise alignée sur vos objectifs et votre ambition
    Une stratégie de crise clairement définie nécessite d'aller au-delà d'une check-list. Elle doit faire partie intégrante de votre vision et de vos objectifs organisationnels.
  • Systématiser les retours d’expérience pour renforcer votre résilience
    Examinez et affinez votre réponse en temps réel, et réalisez des retours d’expérience post-crise. Vous pourrez ensuite intégrer ce que vous avez appris pour sortir renforcé de la crise et être mieux préparé à l’avenir.

Seuls 23% des répondants ont déclaré que leurs fonctions de réponse étaient bien intégrées lorsqu'ils tentaient de faire face à la crise.

Une réponse intégrée est essentielle à la bonne exécution du programme de gestion de crise. Avant la crise COVID-19, de nombreuses organisations abordaient la planification et la résilience comme une sorte de “to do”: " Plan de crise ? ok ! Plan de continuité des activités ? ok !”

Lorsqu'elles ont été confrontées aux ravages de 2020, cette approche a exposé les entreprises à des risques inutiles. Structurées en silos, les compétences et les équipes de résilience étaient disjointes, vulnérables et mal équipées pour coordonner les stratégies, les outils et les technologies nécessaires à une réponse efficace.

Par où commencer ?

Examinez votre environnement et réfléchissez, de façon globale, à la meilleure manière de renforcer la résilience. Commencez à éliminer les silos et à intégrer vos compétences essentielles en la matière. Et rangez vos check-lists au placard !

70 % des organisations prévoient d'augmenter leurs investissements afin d’accroître leur résilience.

La COVID-19 a été l'événement perturbateur ultime. Toutes les entreprises du monde, plus ou moins en même temps, ont subi des ondes de choc provenant de cette crise. En cette période de bilan qui permet d’évaluer leur réponse à la pandémie, les dirigeants ont une forte tendance à se concentrer sur le développement de la résilience.

Tout le monde en parle, mais que signifie exactement la « résilience » ? Bien qu’il n’existe pas de définition universelle, elle se caractérise par la capacité à rebondir après une perturbation, à persévérer et à envisager de nouvelles possibilités pour l'avenir. Qu’il s’agisse de résilience organisationnelle, opérationnelle ou personnelle, elle est une notion essentielle pour réussir, mais aussi pour survivre.

Les résultats de notre enquête démontrent aujourd'hui des perspectives positives : les  ¾  des entreprises sont convaincues qu'elles peuvent intégrer avec succès ce qu'elles ont appris pendant la crise afin de renforcer leurs capacités en la matière.

Comment y parvenir ?

  • Établissez une gouvernance autour de la résilience au plus haut niveau de votre entreprise, en désignant un haut dirigeant pour être sponsor du programme mais également en créant un comité de pilotage chargé de superviser le financement et les ressources.
  • Faites un état des lieux de votre structure en matière de gestion de crise.
    Votre programme est-il complet et aligné sur vos priorités stratégiques ? Concevez-en qui définit clairement les rôles et les responsabilités de chacun.
  • Favorisez une culture de la résilience.
    Positionnez la résilience  au cœur des activités et processus de votre entreprise, que ce soit dans le domaine de la technologie, des données, de la data ou de l’humain.

Ainsi vous serez mieux préparé pour adopter une stratégie de réponse adaptée.

Quel a été l’impact de la crise sur les entreprises françaises ?

75 % des dirigeants français ont subi l'impact de la crise COVID-19.

En France, les entreprises ont attendu la réponse du gouvernement et l'augmentation du nombre de cas avant de décider qu'une action immédiate était nécessaire. En effet, 43 % des répondants ont attendu que des mesures soient prises par l’Etat pour mettre en place une stratégie de réponse.

Les répercussions ont été importantes dans tous les domaines. Elles ont notamment eu pour conséquences le report des grands investissements et la modification des conditions d’engagement des parties prenantes.

Le bien-être des salariés au coeur des priorités

A la question, « Quelle est la décision la plus importante que votre organisation ait prise jusqu’à présent dans sa réponse au COVID-19 ? », le bien-être a été largement plébiscité. Qu’il s’agisse de déménagements, du travail à distance, de la mise en œuvre de protocoles de sécurité ou de l'aide aux salariés confrontés à des difficultés personnelles, les organisations ont mis au centre de leurs actions le soutien, la santé et la sécurité.

Certaines industries ont été plus durement touchées que d’autres mais dans une très grande majorité, les chefs d'entreprise de tous les secteurs et de tous les territoires ont déclaré que leur décision la plus importante était de protéger leurs équipes. En France, 70 % d’entre eux affirment que leur réponse à la crise prenait en compte les besoins physiques et émotionnels de leurs employés.

La manière dont nous sortirons durablement de la pandémie n'a pas encore été écrite mais ce fil conducteur devrait perdurer lorsque la vie - et les affaires - reviendront à la normale.

Le déploiement massif du télétravail

Les entreprises ont dû s'adapter rapidement pour maintenir leur activité. Pour certaines, cela signifiait d’assurer la sécurité de leurs employés à leur domicile - dans d’autres cas, d’adopter une nouvelle manière de travailler.

Le télétravail a été le changement le plus souvent mis en œuvre, tandis que de nombreuses organisations ont été contraintes de procéder à des réductions d'effectifs (permanente ou via du chômage partiel).

Cette capacité à faire face et gérer les changements fondamentaux dans notre façon de vivre et de travailler, est au cœur de la résilience individuelle et organisationnelle.

Ressortir plus fort de la crise, est-ce vraiment possible ?
Certaines entreprises l’ont fait !

Compte tenu de la situation, il pourrait être surprenant de constater que 20% des répondants à notre enquête déclarent que la crise a eu un impact positif sur leur organisation - et pourtant ! Les raisons sont multiples et prennent également en compte des facteurs spécifiques au secteur et à la région. Mais une crise peut être un puissant catalyseur voire même une opportunité. Certaines organisations ont réussi ce pari. Alors, comment y sont-elles parvenues ? Qu'ont-elles fait différemment ?

Elles ont élargi leur approche du risque et de la crise tout en appliquant une stratégie globale en matière de résilience. Découvrez leurs facteurs clés de succès :

  • Une analyse détaillée du retour d’expérience de leur réponse à la crise
  • L’intégration des leçons tirées de la crise dans leur stratégie à long terme
  • Le développement des compétences des collaborateurs impliqués dans la gestion des crises pour renforcer leur capacité de préparation et de réponse

Au niveau stratégique, les organisations qui ont connu un impact positif partagent plusieurs points communs dont celui d’avoir accordé une attention particulière aux échanges sur la résilience.

Un avantage du débriefing ? La Confiance.
Les entreprises qui ont analysé leurs réponses après la crise sont beaucoup plus susceptibles de dire qu'elles sont confiantes dans leur capacité à mettre en œuvre les leçons apprises. D'un autre côté, seulement 12% de ceux qui n'ont pas procédé à un tel exercice partagent cette assurance.

Chaque crise présente ses propres défis mais avec un exercice de débriefing lucide et une volonté de changement, une organisation peut renforcer sa résilience pour affronter tout type de crise.

Notre enquête continue !

Vous pouvez encore y participer et comparer votre stratégie à celles de vos pairs.

Participez

Suivez-nous !

Contactez-nous

Thierry Delville

Thierry Delville

Associé Cyber Intelligence, PwC France et Maghreb

Tel : +33 1 56 57 41 56

Masquer