Industry 4.0: Building the digital enterprise Engineering & construction key findings

Novembre 2017

Cette étude décrypte les points de vue de près de 400 dirigeants du secteur de l’ingénierie et de la construction à travers le monde, notamment sous l’angle de l'impact de l'industrie 4.0

Avec des prévisions de plus de 900 milliards de dollars par an d’investissement et un ROI estimé à moins de 2 ans, les grands industriels français misent gros sur le digital pour améliorer et pérenniser leur entreprise. De nouveaux grands groupes industriels vont-ils émerger ? D’autres vont-ils disparaître ? Conscients à la fois des dangers et du potentiel, analyse et décryptage d’une tendance lourde dans l’industrie française.

L’industrie 4.0, quèsaco ?

L’une des avancées de la révolution digitale est de permettre de marier les systèmes de productions actuels avec le Big Data et les objets connectés pour optimiser le fonctionnement des actifs industriels. Il faut donc relier entre elles des machines qui ne communiquaient pas auparavant et créer des plateformes transverses pour recueillir et analyser ces données. Si le terme « Industrie 4.0 » fleurit un peu partout, nous lui portons dans cette étude un sens particulier. Il s’agira ici de la digitalisation et de l’intégration des chaînes de valeur verticale et horizontale des entreprises de l’industrie française.

Un virage technologique et humain programmé pour 2020

Si déjà 38% des acteurs majeurs de l’industrie s’estiment digitalement mûrs aujourd’hui, ils seront 76% à avoir atteint un niveau de maturité fort d’ici 4 ans seulement. Comme toute transformation, et qui plus est profonde, la digitalisation de l’industrie comporte des freins parmi lesquels on retrouve en première position le manque de culture et de formation à l’environnement digital (45%), suivi de près par le développement trop lent des infrastructures technologiques de base (39%) et finalement le manque de vision et d’engagement du top management (36%). Des obstacles qui sont à nuancer par les investissements considérables envisagés dans le domaine et par de nombreuses opportunités. Au tableau des points positifs, c’est la Data et les nouvelles possibilités qu’elle offre qui tirent leur épingle du jeu. Ainsi, les entreprises industrielles voient dans le Big Data l’opportunité de perfectionner en continu leur portefeuille de produits et de services. Et ce sur tous les pans de l’activité, de l’amélioration de la compréhension du besoin client (81%) à l’optimisation du contrôle et de la productivité des opérations (72%) et de la qualité des produits et des processus (69%) en passant par celle des coûts de transport et de logistique (67%).

« La collecte de données constitue une première étape franchie par de nombreuses entreprises. L’analyse et l’exploitation de ces données, toujours plus nombreuses, constitue la seconde étape qui leur permettra de mieux répondre aux attentes de l’ensemble de leurs clients et d’optimiser leur chaîne de valeur. »

Benoît Romac, Associé chez Strategy&, l’activité de conseil en stratégie de PwC

Aujourd’hui, seules 17% des entreprises interrogées se sentent matures sur le sujet. Pour autant pour 80% des dirigeants français du secteur industriel, l’analyse des données fera partie intégrante de leurs processus décisionnels d'ici 2020. Pouvoir prédire demain grâce aux potentiels offerts par la donnée fait donc rêver les industriels français.

L’industrie française dans le sillon des acteurs mondiaux

Si la méthode peut diverger, le résultat est le même ! Une fois n’est pas coutume, la France semble être en accord avec le reste du monde. Ainsi les entreprises françaises qui ont répondu à notre étude ont globalement fait les mêmes retours que leurs homologues étrangers, à quelques points près. L’une des seules réponses où l’écart se creuse est celle portant sur la rentabilité de ces investissements digitaux, et pour une fois se sont les français les plus optimistes du groupe : 55% des industries étrangères pensent que cela est possible à deux ans contre 65% en France !

« Les industriels français ont adopté une approche qui semble moins structurée en matière de data analytics que leurs homologues allemands. En France, les compétences en collecte et évaluation des données sont disséminées dans l’entreprise, avec des talents qui possèdent ce type de compétences mais qui se retrouvent souvent isolés et dont le savoir-faire n’est pas utilisé de façon optimale »

Benoît Romac, Associé chez Strategy&, l’activité de conseil en stratégie de PwC

La digitalisation de l’industrie peut s’avérer plus challengeante que dans d’autres secteurs d’activité néanmoins sa nécessité et ses avantages ne sont plus à démontrer puisque ces investissements devraient générer 2,9% de revenus supplémentaires et engendrer une réduction des coûts de plus de 3,5%. Les temps modernes de Chaplin sont donc décidément révolus !

Découvrez comment mettre en place la digitalisation d'une entreprise industrielle en 6 étapes

Contactez-nous

Yan Ricaud

Associé responsable du secteur Ingénierie et Construction

Tel : +33 1 56 57 84 57

Suivez-nous !