Cybercriminalité : la fraude la plus fréquente pour les entreprises

Global Economic Crime Survey 2018

Février 2018

Les entreprises françaises font preuve d’une grande maturité en matière de détection de fraudes : 71% d’entre elles indiquent en avoir été victimes dans les deux dernières années, contre seulement 49% au niveau mondial.

Sans surprise, la cybercriminalité devient la fraude la plus fréquemment reportée et la plus anticipée dans les deux années à venir. Quels défis doivent relever les entreprises pour faire face à cette menace portant sur leur image, leur sécurité et leur compétitivité ?

La France, pays mature dans la détection de la fraude

Près des trois quarts des entreprises françaises indiquent avoir été victimes de fraude au cours des deux dernières années, un chiffre bien plus élevé que la moyenne mondiale (49%). Loin d’être alarmant, ce constat reflète la maturité des entreprises françaises dans leur capacité à détecter des fraudes : elles parviennent désormais à en signaler plus qu’auparavant. Cette progression est impressionnante si l’on observe le taux de déclaration des fraudes lors de nos précédentes études (68% en 2016, 55% en 2014, 46% en 2011). Au niveau mondial, on retrouve dorénavant la même progression : 49% des entreprises interrogées ont déclaré avoir subi une fraude dans les deux dernières années, contre 36% en 2016.

La cybercriminalité est et demeure le premier risque de fraude à combattre

Pour la première fois depuis la création de l’étude en 2001, la cybercriminalité devient le type de fraude le plus signalé, devant le détournement d’actifs. Ainsi, près de deux tiers des entreprises françaises ont rapporté avoir été victimes de cybercriminalité, et une prise de conscience progressive s’est manifestée autour de ce risque central pour les entreprises : la cybercriminalité reste le type de fraude le plus anticipé pour les deux prochaines années (pour 52%), tandis que 60% des entreprises indiquent dorénavant disposer d’un programme opérationnel de lutte contre la cybercriminalité (contre seulement 37% en 2016).

Face à la multitude de fraudes potentielles, la France renforce ses investissements

Types de fraude dont les organisations françaises ont été victimes lors d’une cyberattaque

Alors qu’un tiers des entreprises françaises interrogées ont dépensé plus ou beaucoup plus pour combattre la fraude au cours des deux dernières années, elles sont 45% à envisager de dépenser plus ou beaucoup plus au cours des deux prochaines années. Une progression alignée sur les ambitions mondiales en matière d’investissements (44%), et qui témoigne d’une recherche active de solutions pour détecter les fraudes le plus en amont possible. Cependant, seule la moitié des entreprises interrogées déclare avoir mené une évaluation globale du risque en matière de fraude au cours des deux dernières années, et 48% des répondants déclarent avoir évalué le risque de cybercriminalité : un chiffre encore trop peu important au regard de la nature mouvante et évolutive de ce risque, qui ne connait pas de frontières.

{{filterContent.facetedTitle}}

{{contentList.dataService.numberHits}} {{contentList.dataService.numberHits == 1 ? 'result' : 'results'}}
{{contentList.loadingText}}

Contactez-nous

Jean-Louis Di Giovanni

Associé Forensic Services, PwC France

Tel : +33 1 56 57 12 57

Fabienne Borde

Associée Forensic Services, PwC France

Tel : +33 1 56 57 45 34

Suivez-nous !