Intégrer les ODD dans la stratégie d'entreprise

Décembre 2018

Les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés par l’ONU en 2015 pourraient générer 12 000 milliards de dollars de croissance, et créer ou maintenir des millions d’emplois. Cet énorme potentiel, ajouté à la pression croissante des régulateurs et des consommateurs doivent des ODD un véritable sujet d’intérêt pour les entreprises. Mais les considèrent-elles comme un vrai impératif ? Analyse du niveau réel d’engagement des entreprises.

Les entreprises s’engagent de manière croissante

Les ODD sont de plus en plus présents dans la communication publique des entreprises. Ils représentent une nouvelle approche, un nouveau langage, pour décrire leurs engagements RSE – sans en changer les enjeux, cela les inscrit dans une perspective plus large. En France, les premiers textes sur le reporting extrafinancier datent d’une quinzaine d’années : cette grande maturité est un atout pour les entreprises françaises dans la collecte et la communication des informations liées aux ODD.

L’étude PwC mesure la précision de l’engagement décrit par les entreprises, selon un spectre qui va de la simple mention des ODD dans les documents de communication, sans ambitions spécifiques, à l’établissement d’un lien entre les indicateurs retenus et l’impact sociétal de l’entreprise. Le score des entreprises du panel en 2018 est de 2,71 sur 5, contre 2,29 en 2017.

Des priorités clairement affichées

La moitié des 729 entreprises analysées a identifié ses ODD prioritaires, preuve d’une prise de conscience et de la réalisation d’un premier travail de réflexion. Comme en 2017, les Objectifs les plus cités sont le travail décent et la croissance économique (79 % des entreprises), la lutte contre les changements climatiques (76 %) et la consommation et la production responsables (66 %).

Le top 5 pour les entreprises

  1. Travail décent et croissance économique
  2. Lutte contre les changements climatiques
  3. Consommation et production responsables
  4. Bonne santé et bien-être
  5. Industrie, innovation et infrastructure

Les deux premiers Objectifs sont plébiscités par l’ensemble des secteurs d’activité. Les entreprises opérant dans le secteur de l’énergie placent l’Objectif « énergie propre et à un coût abordable » en priorité numéro 2.

Ces priorités sont quelque peu éloignées de celles des citoyens – en particulier, la lutte contre la faim et la lutte contre la pauvreté ne sont quasiment pas mentionnées. Cela s’explique par l’intérêt de la société civile pour les grands enjeux globaux relevant des États, tandis que les entreprises se saisissent, en priorité, des ODD qui semblent les plus en lien direct avec leur activité. D’ailleurs, il semble que bien souvent les entreprises sélectionnent simplement les ODD correspondant aux indicateurs qu’elles suivent déjà, sans chercher à identifier de nouvelles actions qui pourraient contribuer à la réalisation des ODD.

Une prise en conscience encore superficielle ?

Trop d’entreprises considèrent encore les ODD simplement comme un sujet RSE, et non comme un véritable axe stratégique (elles ne sont que 27 % à les intégrer plus globalement à leur stratégie). Les raisons résident en partie dans la difficulté à mesurer les impacts selon un cadre de référence standard. Actuellement, seules 23 % des entreprises publient des indicateurs de performance permettant de mesurer leur contribution aux ODD.

« Il faut rester vigilant face au risque “d’ODD washing”, consistant à ne rendre des comptes que sur les contributions positives d’une organisation, sans s’interroger sur ses axes de progrès liés à ses impacts négatifs ».

Émilie Bobin, Associée au sein du département Développement durable chez PwC

S’ils souhaitent que les ODD se traduisent réellement par des actions et des avancées concrètes au sein de l’entreprise, les dirigeants doivent s’assurer que les objectifs définis impliquent toutes les fonctions de l’entreprise au-delà de la RSE, que le top management s’engage de manière active sur le sujet, que des indicateurs de performance cohérents et lisibles soient mis en place, et qu’une qualité équivalente est recherchée dans les reportings financiers et extrafinanciers.

Contactez-nous

Sylvain Lambert

Sylvain Lambert

Associé Développement Durable, PwC France et Maghreb

Tel : +33 1 56 57 80 83

Emilie Bobin

Emilie Bobin

Associée Développement durable, PwC France et Maghreb

Tel : +33 1 56 57 86 60

Suivez-nous !