#Agribusiness : « Pour 70% des start-up de la FoodTech, l’amélioration de la confiance du consommateur est le principal bénéfice à attendre de l’innovation »

Communiqué de presse

Neuilly-sur-Seine, le 18 septembre 2018

  • 67% des start-up développent ou ont développé des relations avec des acteurs traditionnels …
  • …mais seules 17% d’entre elles sont satisfaites de cette relation ; les principaux freins étant les délais de réponse, l’influence effective de leurs interlocuteurs et l’aversion au risque des grands acteurs

Dans un contexte où la confiance du consommateur envers son alimentation et les acteurs traditionnels de l’agroalimentaire diminue, l’innovation s’avère être un levier, permettant de répondre aux attentes du consommateur et restaurer le capital confiance. La dernière étude du cabinet de conseil et d’audit PwC, « Au menu, confiance et innovation », menée auprès d’une cinquantaine de start-up et d’une quinzaine d’acteurs traditionnels, décrypte le nouvel écosystème innovant de la FoodTech et analyse les synergies avec les acteurs traditionnels de l’agroalimentaire.

La perte de confiance des consommateurs dans l’alimentation

Ces dernières années ont été marquées par une perte de confiance des Français dans leur alimentation, entretenue et intensifiée par les récents scandales alimentaires. Dans ce contexte, un climat de défiance s’est installé vis-à-vis des acteurs de l’agroalimentaire, notamment en raison d’une certaine opacité de la chaîne d’approvisionnement et de transformation.  Le consommateur cherche à être rassuré sur la qualité des aliments qu’il consomme, leur origine, leur traçabilité et leur impact environnemental. Les consommateurs ont de nouvelles attentes et certains sont prêt à dépenser davantage pour y répondre.

Sur la base des entretiens réalisés auprès des acteurs traditionnels du secteur de l’agribusiness, l’étude « Au menu : confiance et innovation » identifie six axes de développement pour recréer ou renforcer la confiance du consommateur. Cette transformation transversale touche particulièrement les sujets suivants : qualité des produits, proximité des approvisionnements, traçabilité, accompagnement dans l’adoption des nouveaux modes de consommation, transparence pour assurer cohérence entre promesses et réalité et, enfin, marketing, pour adapter son image aux attentes des consommateurs et adresser ses préoccupations.

La transparence apparait comme un facteur clé de la confiance des consommateurs puisque 100% des acteurs interrogés identifient la transparence comme l’élément majeur qui favorise la confiance du consommateur.

« Les consommateurs occidentaux, dans un contexte de défiance nourri par les excès de certains acteurs de l’industrie agroalimentaire mondiale, recherchent dans leur alimentation plus de sens et de confiance. Dans un contexte de profusion d’informations, ils exigent plus de transparence sur les ingrédients, la simplification des formules, la connaissance des origines, la qualité nutritive des ingrédients. Le capital confiance, valeur historique des marques et des enseignes, revient sur le devant de la scène, et contre balance le seul positionnement prix. Cela passe par un besoin grandissant non seulement d’informer sur les produits mais aussi sur les engagements opérationnels pris par les entreprises et les valeurs sociétales défendues. Cette tendance de fonds touche toutes les catégories de la population. Les modes de consommation sont transformés, ce qui favorise l’émergence de nouveaux business modèles autour de la proximité, l’origine, la santé, la traçabilité, le recyclage, le retour aux traditions ; autant de foyers d’innovation pour les start-up et de besoins de transformation pour les acteurs traditionnels »

conclut Sabine Durand-Hayes, associée Transactions, responsable du secteur Biens de consommation chez PwC.

L’innovation apparait comme un levier clé pour recréer la confiance

L’innovation, qu’elle soit à l’initiative d’acteurs traditionnels ou de start-up, ressort comme l’une des solutions clés pour améliorer la confiance des consommateurs au travers de ces 6 axes, que ce soit en ciblant la qualité nutritionnelle du produit, l’information sur le produit et son parcours, ou encore la limitation des impacts environnementaux notamment sur l’amont agricole.

70% des start-up interrogées pensent que l’innovation dans le secteur agroalimentaire permettra d’améliorer la confiance du consommateur dans son alimentation.

Les experts PwC constatent que de nombreuses innovations visant à favoriser la confiance du consommateur sont portées par les startups de la FoodTech, environ 450 en France.  Elles s’adaptent et anticipent les nouveaux modes et tendances de consommation au plus près des attentes des consommateurs d’aujourd’hui et de demain. Ces derniers les plébiscitent pour ces innovations et saluent leurs atouts par rapport aux acteurs traditionnels, de par leur image de « tiers de confiance », leur agilité, leur capacité à apporter une solution rapide à ces nouvelles attentes ; leur développement est facilité par des sources de financement multiples pour les projets prometteurs.

Les acteurs traditionnels, quant à eux, intègrent également l’innovation dans leur stratégie future. Aujourd’hui, leur objectif principal est de suivre le rythme effréné de ces transformations en favorisant la collaboration avec les start-up, en complément des démarches internes qu’ils menaient déjà.  

L’état des lieux des relations entre start-up et acteurs traditionnels

Les acteurs agroalimentaires prennent le tournant de l’innovation portée par la FoodTech et s’ouvrent donc aux start-up. En effet, 100% des acteurs interrogés développent ou ont développé des relations avec des start-up. A l’inverse, 67 % des start-up interrogées développent ou ont développé des relations avec des acteurs traditionnels, dont la majorité des interactions restent « classiques » c’est-à-dire une relation de type client/fournisseur.

Les résultats de l’étude poussent à constater que la mise en œuvre opérationnelle de ces collaborations reste néanmoins perfectible ; ainsi, seulement 17 % des start-up se déclarent satisfaites de leurs relations avec les grands acteurs.

L’étude montre que chacune des deux parties a conscience de ses forces et points d’amélioration respectifs dans le processus d’innovation. Si la durée des processus d’un acteur traditionnel ralentit la collaboration selon les start-up, ces dernières ne peuvent ignorer le bénéfice de l’image de marque, le savoir-faire et la qualité des produits qu’un acteur de l’agroalimentaire lui apporte.

Selon les experts PwC, la majorité des acteurs de l’agroalimentaire n’a pas encore structuré leur stratégie de collaboration avec les start-up et ces derniers sont dans une phase de veille active.

La clé semble résider dans l’évolution des relations vers une démarche de co-construction entre start-up et groupes traditionnels

« Les facteurs clés de succès dans la mise en œuvre de l’open innovation sont la définition d’une stratégie claire et assumée ainsi que la mise en place d’une gouvernance et de méthodes de gestion de projet adaptées à ce type d’acteurs. Ces éléments font échos aux trois principales difficultés remontées par les start-up dans la collaboration avec des grands groupes : aversion au risque, lenteur des prises de décision et manque de réactivité. »

selon Baptiste Bannier, Directeur chez PwC, responsable du secteur agribusiness.

A propos de PwC France et pays francophone d’Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable, privilégiant des approches sectorielles.

Plus de 236 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau international de PwC partagent solutions, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 6 400 personnes couvrant 23 pays. Rendez-vous sur www.pwc.fr

En se mobilisant au quotidien pour conseiller et accompagner ses clients dans leur réussite, PwC contribue à la dynamique de l’économie française. A travers ses études et ses analyses d’experts, PwC s’engage également à anticiper les économies du futur et à développer les nouveaux usages technologiques. Enfin, en apportant des solutions pour maîtriser les risques, PwC crée de la confiance entre les acteurs et sécurise le cœur de l’économie française.

PwC France a lancé le mouvement #LetsgoFrance pour valoriser tous ceux qui travaillent à la réussite de l'économie française.

Rejoignez-nous et agissons ensemble : letsgofrance.fr

En 2017, PwC a remporté pour la deuxième année consécutive le prix « Audit Innovation of the Year » qui témoigne de son engagement en matière d’innovations technologiques pour améliorer la qualité de l’audit et la valeur ajoutée apportée à ses clients.

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Contactez-nous

Roxane Lauley
Responsable des Relations Médias, PwC France
Tel : +33 1 56 57 13 14
Email

Raphaëlle De Coupigny
Chargée des Relations Médias, PwC France
Tel : +33 1 56 57 88 45
Email

Suivez-nous !