Etude PwC Low Carbon Economy Index 2017: Is Paris Possible ?

Communiqué de presse 

Neuilly-sur-Seine, le 31 octobre 2017

Taux de décarbonisation de l’économie mondiale : la majorité des pays du G20 est encore loin des objectifs fixés par les Accords de Paris

L’objectif général fixé par les Accords de Paris en décembre 2015 afin de limiter le réchauffement climatique à +2 degrés se traduit par un taux de décarbonisation annuel de l’économie mondiale à hauteur de 6,3%. Près de deux ans plus tard, le cabinet de conseil et d’audit PwC passe au crible la progression des pays du G20 en la matière et établit un comparatif mondial.

Certains pays réussissent à atteindre les objectifs fixés : c’est le cas du Royaume-Uni et de la Chine, qui figurent en haut du classement « Low Carbon Economy Index 2017 » établit par PwC. Néanmoins, une grande majorité reste en deçà. La France en fait partie et peine à atteindre les 3,2% de décarbonisation qui correspondent à ses engagements pris à l’horizon 2030 dans le cadre de l’Accord de Paris. L’intensité carbone de l’économie mondiale n’a, quant à elle, diminué que de 2,6% sur les trois dernières années, ce qui représente moins de la moitié de l’objectif nécessaire pour contenir le réchauffement climatique à deux degrés. 

Une décarbonisation en progression, mais loin d’être suffisante

La 9ème édition de l’étude « Low Carbon Economy Index » (LCEI) de PwC recense les progrès des pays du G20 dans la réduction de l’intensité carbone de leur économie, c’est-à-dire des émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation d’énergie par million de dollars de PIB.

L’étude révèle que cette intensité carbone a connu une forte réduction en 2016 par rapport à son rythme historique moyen d’environ -1,3% par an jusqu’en 2014. Cependant, les objectifs sont encore loin d’être atteints : si l’intensité carbone de l’économie mondiale a chuté d’environ 2,6% sur les trois dernières années, cette baisse ne correspond même pas à la moitié de l’effort nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés avant la fin du siècle. Seulement deux pays, le Royaume-Uni et la Chine, sont parvenus en 2016 à réduire leur intensité carbone conformément à l’objectif des 2 degrés, alors qu’une grande majorité des pays du G20 reste à la traîne.

La France à la traîne pour remplir les objectifs des Accords de Paris

Alors que la consommation de charbon a chuté dans beaucoup de pays du G20 grâce à des initiatives  nationales de transition énergétique, celle-ci s’est en réalité « déplacée » vers d’autres pays, comme l’Inde, la Turquie ou l’Indonésie, qui ont fortement augmenté leur production d’énergie à partir de charbon. Ainsi, le charbon continue aujourd’hui de fournir un tiers des besoins en énergie de l’humanité et sa consommation n’a reculé que de 1,4% au niveau mondial. La consommation d’hydrocarbures a, quant à elle, augmenté de 1,8%. Et pour ce qui est du solaire et de l’éolien, ils enregistrent une augmentation de 30% et 15,9% respectivement, mais restent des sources d’énergie très mineures à l’échelle mondiale.

La France se classe parmi les moins bons élèves pour cette année, tout en restant un cas à part. Après avoir réduit son intensité carbone de 9% en 2014, elle n’a pas réussi à rééditer cette performance en 2016 pour continuer à montrer l’exemple. En effet, celle-ci a augmenté de 0,4% entre 2015 et 2016, faisant entrer la France dans le top 5 des mauvais élèves. Avec 2,4% de réduction moyenne de son intensité carbone sur la période 2000-2016, la France doit désormais décarboniser son économie de 3,2% chaque année entre 2016 et 2030 pour être en ligne avec ses objectifs à l’horizon 2030.

« La France est toujours loin des objectifs fixés par les Accords de Paris. Cependant, elle bénéficie d’une longueur d’avance confortable sur les autres puissances économiques, puisqu’avec 118 tonnes de CO2/million de dollars de PIB, elle conserve l’intensité carbone la plus faible du G20. »

Selon Sylvain Lambert, associé responsable du département Développement durable chez PwC

Le Royaume-Uni et la Chine en tête du classement des champions de la décarbonisation

Le Royaume-Uni et la Chine se classent en tête des pays du G20 pour la croissance verte, avec un taux de décarbonisation de leur économie de 7,7 et 6,5% respectivement en 2016. Il s’agit des deux seuls pays à faire mieux que le taux nécessaire pour remplir l’objectif des 2 degrés de réchauffement climatique. C’est le résultat d’une baisse de la consommation de charbon et d’une amélioration de l’efficacité énergétique, parallèlement à une croissance économique dynamique dans ces deux pays.

« L’évolution structurelle de l’économie chinoise a joué un rôle important dans la décarbonisation du pays, le tertiaire ayant crû plus rapidement que d’autres secteurs à plus forte intensité énergétique. La Chine s’est par ailleurs dotée d’importantes capacités d’énergie renouvelable en 2016, dépassant même les Etats-Unis dans ce domaine. »

Pour Olivier Muller, directeur au sein du département Développement durable de PwC

Au Royaume-Uni, le taux de décarbonisation est près de trois fois supérieur à la moyenne mondiale. Cela s’explique, entre autres, par une chute des émissions de 6% due au passage du charbon au gaz et par la baisse de la consommation d’énergie. Le Royaume-Uni a atteint en 2016 le plus fort taux moyen de décarbonisation depuis l’an 2000.

Le Mexique et l’Australie font aussi partie des bons élèves, et affichent des taux respectifs de 4,6 et 3,8% sur l’année de 2016, et ce sur fond de croissance de leur PIB.

L’urgence d’agir pour tous les Etats

Si l’on en reste à ce rythme de progression sans inverser la tendance, en 2036, le « budget carbone » (la quantité maximale de carbone que l'on peut émettre sans dépasser la limite de +2 degrés) sera épuisé. Alors que les États s’apprêtent à discuter d’un relèvement de leurs objectifs nationaux lors de la conférence de Bonn sur les changements climatiques, la semaine prochaine, l’étude met en lumière le fait que l’Accord de Paris ne pourra être tenu que si tous les pays s’engagent à accélérer leurs actions.

« Au regard des actions prises pour le climat et le respect de l’objectif des deux degrés, l’abîme qui sépare les États en tête de notre indice de ceux les moins bien classés ne fait que se creuser, ce qui est source de tensions pour l’économie au niveau mondial. Les entreprises sont encouragées, notamment par les investisseurs, à évaluer les risques associés au scénario des 2 degrés de réchauffement climatique. Mais rares sont encore les entreprises qui formulent leurs prévisions ou leur planification en fonction de cet objectif. Malgré la hausse de la tarification du carbone à travers le monde, le signal du prix reste souvent trop faible pour motiver un véritable investissement dans l’économie décarbonée. De nombreuses entreprises tablent désormais sur plusieurs scénarios possibles, dont une augmentation des épisodes climatiques extrêmes et autres conséquences du réchauffement. »

Conclut Sylvain Lambert

 

PwC Low Carbon Economy Index 2017 par pays

À propos du « Low Carbon Economy Index » (LCEI)

Le modèle LCEI tient compte des émissions de carbone liées à l'énergie, des données historiques et des projections d’évolution du PIB, ainsi que des budgets carbone calculés par le GIEC. Ce modèle couvre des données énergétiques et macro-économiques provenant de chaque État membre du G20, ainsi que des données mondiales. La structure du modèle est présentée en détail en annexe du rapport.

 

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable, privilégiant des approches sectorielles. 

Plus de 223 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau international de PwC partagent solutions, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 800 personnes couvrant 23 pays. Rendez-vous sur www.pwc.fr

En se mobilisant au quotidien pour conseiller et accompagner ses clients dans leur réussite, PwC contribue à la dynamique de l’économie française. A travers ses études et ses analyses d’experts, PwC s’engage également à anticiper les économies du futur et à développer les nouveaux usages technologiques. Enfin, en apportant des solutions pour maîtriser les risques, PwC crée de la confiance entre les acteurs et sécurise le cœur de l’économie française.

PwC France a lancé le mouvement #LetsgoFrance pour valoriser tous ceux qui travaillent à la réussite de l'économie française.

Rejoignez-nous et agissons ensemble : letsgofrance.fr

PwC a remporté le prix "Audit Innovation of the Year" 2016, qui reconnaît son leadership parmi la profession pour fournir des services de haute qualité et recruter des collaborateurs talentueux et ouverts d'esprit.

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Contactez-nous

Élodie Gaillard
Responsable des relations presse
Tel : +33 1 56 57 10 42
Email

Sabrina Gallinotti
Relations presse
Tel : +33 1 56 57 17 45
Email

Suivez-nous !