Les camions 100% autonomes seront les moteurs de la révolution du transport routier de marchandises d’ici 2030

Neuilly-sur-Seine, le 20 octobre 2016

D’après l’étude « The era of digitized trucking: transforming the logistics value chain » réalisée par Strategy&, l’activité de conseil en stratégie de PwC, les camions 100% autonomes devraient être propulsés sur le marché du transport routier de marchandises dans la plupart des pays développés d’ici 2030. Au-delà de faciliter, accélérer et sécuriser le transport, les camions autonomes permettront également aux transporteurs de réduire leurs coûts de près de 30%.

Déjà expérimentés sous le concept de « platooning » ou « conduite en peloton » en Allemagne et aux Etats-Unis - plusieurs camions connectés sous forme de convoi -, le camion 100% autonome est attendu comme le camion du « futur » faisant la liaison entre les différents centres de distribution et les « smart cities ». Ceci devrait bouleverser le fonctionnement de la chaîne de valeur, avec notamment l’arrivée de nouveaux acteurs, tels que Google ou Tesla, proposant leurs propres poids lourds connectés.

 

Une révolution du transport routier de marchandises attendue d’ici 10 ans

A l’image du secteur automobile, le transport (auto)routier de marchandises devrait tirer profit des opportunités offertes par la digitalisation du secteur : réduction des intermédiaires et fluidification des échanges permettant un gain de temps, le tout générant une plus grande efficacité. 

Selon l’étude de Strategy&, la digitalisation du secteur devrait permettre aux transporteurs de réduire les coûts liés à la logistique et à la maintenance des camions. En baisse de 5% d’ici 2020, ces coûts devraient même être réduits de près de 30% d’ici 2030, soit une économie annuelle de plus de 30 000 € par poids-lourds traditionnels, grâce à la mise en circulation de camions 100% autonomes. Cela devrait s’expliquer principalement par la diminution par 3 des coûts liés au chauffeur-routier.

 

Selon Vincent Gaide, associé responsable du secteur Transports & Logistique chez PwC : « C’est l’ensemble du secteur de transport (auto)routier de marchandises qui va être bouleversé en raison de l’émergence de nouveaux business models, de l’arrivée de nouveaux acteurs concurrents des compagnies traditionnelles de transport routier, mais aussi d’une nouvelle façon d’aborder les échanges entre tous les acteurs de la chaîne de valeur. Si la digitalisation du secteur commence à se développer grâce aux technologies connectées et à la mise en circulation progressive des camions connectés, l’enjeu pour demain est avant tout d’arriver à articuler l’humain – le chauffeur-routier, le logisticien, etc. – et des services autonomes toujours plus performants. »

Les camions autonomes et électriques, une réponse aux défis environnementaux ?

A l’aube de la COP 22 et des discussions environnementales engagées dans le cadre d’Horizon 2020, la prise de conscience des acteurs du secteur des transports est plus que jamais nécessaire pour assurer un transport de marchandises plus propre mais aussi plus efficient.  

Les camions hybrides actuellement testés dans les pays développés, devraient être remplacés à terme par des poids lourds 100% électriques connectés aux « smart cities » et circulant sur des « smart roads », réduisant de fait les émissions de CO2 dont les camions sont aujourd’hui les principaux responsables.

Dans cette perspective, les constructeurs poids lourds vont devoir adapter leur gamme pour proposer des camions plus compacts, avec des moteurs écologiques ou encore avec des cabines amovibles. Ils devront surtout augmenter les possibilités de connexion entre les différents véhicules, mais aussi entre les véhicules et leur environnement. Ainsi, seulement ils pourront concurrencer les modèles proposés par les nouveaux entrants sur le secteur - par exemple, Google qui s’est déjà positionné en leader sur le segment de la conduite autonome.

 

Vincent Gaide explique : « Au-delà des questions traditionnelles de cybersécurité et de gestion des données, la digitalisation doit être pensée comme un levier d’action qui doit permettre de répondre aux défis environnementaux, décisifs pour l’avenir du secteur des transports. En effet, elle offre tout un panel d’opportunités à saisir pour repenser la conception des poids lourds, avec un objectif de moyen terme qui est la mise en circulation de camions hybrides et semi-autonomes. Derrière, l’ambition à long terme est celle du remplacement complet de la flotte actuelle par des camions 100% électriques. Les constructeurs et équipementiers français doivent prendre pleinement la mesure de ce défi pour proposer des camions toujours plus performants et d’une qualité exemplaire en termes de respect de l’environnement s’ils veulent rester leaders sur le marché. »

La connectivité des transports routiers au service de la sécurité

Si la grande majorité des accidents impliquant des poids lourds est aujourd’hui due à des erreurs humaines, les camions connectés – entre eux et avec leur environnement – et véhicules sans chauffeur devraient permettre de solutionner en partie ce problème.

Afin d’assurer la sécurité totale de tous les usagers des systèmes de transport connecté, des radars longue distance, des logiciels de 3D mapping et de GPS tracking seront progressivement installés avec un objectif affiché de fluidification du trafic et d’anticipation d’éventuels problèmes techniques.

 

« Avec l’arrivée des camions 100% autonomes, l’humain restera au cœur de la chaîne de valeur, mais celui-ci sera réaffecté à d’autres fonctions. Les compagnies de transport routier vont devoir anticiper leurs nouveaux besoins en compétences en recrutant de nouveaux talents, des « digitized drivers », plus à même de conduire ce changement », explique Vincent Gaide.

Les six innovations technologiques qui devraient profondément transformer le camion et son écosystème

Les innovations technologiques attendues dans le secteur du transport routier de marchandises devraient concerner le camion lui-même mais aussi son rôle et sa place dans la chaîne de valeur Transport & Logistique. 

 
  1. Communication « véhicle-to-infrastructure » (V2I) : les technologies que sont les systèmes GPS ou les systèmes reliant le véhicule aux infrastructures routières (routes, péages…) permettent de connecter le camion avec son environnement. Elles offrent une information en temps réel sur le niveau d’embouteillage ou la disponibilité des parkings à proximité. Elles devraient ainsi pouvoir optimiser l’état du traffic ou l’utilisation des infrastructures (parking, station-service, etc.) par les transporteurs.
  2. Communication « vehicle-to-vehicle » (V2V) : les systèmes télématiques intelligents permettent aux poids lourds de communiquer entre eux sur leur position, leur vitesse ou encore leur direction. Elles devraient permettre aux transporteurs d’économiser du carburant grâce au dispositif de « platooning ». Les experts de PwC estiment que les poids lourds de trois plateaux connectés se déplaçant en convoi rapproché pourraient réduire leurs consommation de carburant de près de 11%.
  3. Télédiagnostic : les technologies de télédiagnostic consistent à surveiller l’état du véhicule et de ses composants en temps réel. Elles devraient permettre aux transporteurs de gagner en efficacité sur la maintenance de leurs camions et ainsi augmenter la durée de vie de ces-derniers d’au moins 5%. En cas de problème, le système de télédiagnostic embarqué détectera le garage le plus proche et l’informera instantanément du diagnostic ; cela représentant un gain de temps sur la prise en charge du véhicule par le garagiste.
  4. Conduite autonome : d’ici 10 ans, les poids lourds effectuant de longues distances sur autoroutes pourraient circuler sans chauffeurs-routiers, ceux-ci n’intervenant plus qu’en milieu urbain pour des livraisons locales. Alors que les premiers tests sur route de camions 100% autonomes ont déjà été menés par Daimler et Freightliner, l’arrivée de la conduite autonome devrait se traduire par des économies de coûts importantes, grâce notamment à l’optimisation du système d’accélération / de freinage et le « platooning ».
  5. Chaîne de valeur intégrée : le camion sera bientôt intégré dans le système d’information logistique en temps réel connectant l’ensemble de la chaîne de valeur du transport de marchandises, du fournisseur de pièces aux entrepôts et distributeurs jusqu’au client final. Aussi, les retards dûs à un accident ou à la densité du traffic pourront être pris en compte immédiatement par le destinataire de la livraison.
  6. Plateforme connectant l’offre et la demande : les camions étant connectés avec le gestionnaire de flotte et le chargeur, ils pourront bientôt eux-même déterminer leur taux de remplissage et le communiquer en temps réel via une plateforme mettant en relation l’offre et la demande de transport de marchandises. De nombreuses start-ups, qui proposent ce genre de plateformes (Chronotruck, Cargomatic, etc.), ont déjà commencé à « ubériser » le secteur des Transports et de la Logistique).  

 

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable, privilégiant des approches sectorielles. 

Plus de 208 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau international de PwC partagent solutions, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 23 pays. Rendez-vous sur www.pwc.fr

En se mobilisant au quotidien pour conseiller et accompagner ses clients dans leur réussite, PwC contribue à la dynamique de l’économie française. A travers ses études et ses analyses d’experts, PwC s’engage également à anticiper les économies du futur et à développer les nouveaux usages technologiques. Enfin, en apportant des solutions pour maîtriser les risques, PwC crée de la confiance entre les acteurs et sécurise le cœur de l’économie française.

PwC France a lancé le mouvement #LetsgoFrance pour valoriser tous ceux qui travaillent à la réussite de l'économie française.

Rejoignez-nous et agissons ensemble : letsgofrance.fr

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Suivez-nous !

Contactez-nous

Roxane Lauley

Roxane Lauley

Responsable des Relations Médias, PwC France et Maghreb

Tel : +33 1 56 57 13 14

Raphaëlle De Coupigny

Chargée des Relations Médias, PwC France et Maghreb

Tel : +33 1 56 57 88 45

Masquer