PwC utilise des cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici.
X

Communiqué de presse 2012

Neuilly-sur-Seine, le 28 juin 2012

Une enquête de PwC sur la santé mobile révèle que les patients sont prêts à adopter la m-Santé plus rapidement que les professionnels de santé

D’après une nouvelle enquête mondiale conduite par l’Economist Intelligence Unit (EIU) pour PwC, l’adoption généralisée de la technologie mobile dans le domaine de la santé, ou m-Santé, est aujourd’hui considérée comme inéluctable par plus de la moitié des médecins et des patients dans les pays développés et émergents du monde entier. Mais les patients semblent plus pressés d’adopter la m-Santé que les professionnels du secteur. Le rythme d’adoption sera probablement tiré par les marchés émergents, plus matures dans ce domaine, même si le modèle économique suscite encore de nombreuses questions.

Les patients sont plus demandeurs de m-Santé que les professionnels de santé

L’enquête Emerging mHealth: paths for growth de l’EIU pour PwC révèle que dans le domaine de la m-Santé, les attentes des patients sont élevées : environ la moitié des patients interrogés prévoient qu’au cours des trois prochaines années, la santé mobile améliorera la commodité, le coût et la qualité des soins.
L’étude montre que près de la moitié des répondants sont convaincus que la m-Santé devrait modifier la façon dont ils gèrent les maladies chroniques (48 %), leur traitement (48 %) et leur santé en général (49 %). Six répondants sur dix (59 %) anticipent qu’elle modifiera la façon dont ils cherchent des informations sur les problèmes de santé, et 48 % prévoient qu’elle changera la manière de communiquer avec les médecins.

La demande des patients est encore plus forte dans les pays émergents, où les soins manquent et les abonnements à la téléphonie mobile se sont généralisés. Ainsi, la m-Santé y est perçue comme une manière d’accroître l’accès à la santé, tandis que dans les marchés développés, elle est considérée comme une manière d’améliorer la commodité, le coût et la qualité des soins. C’est pourquoi 59 % des patients des marchés émergents utilisent au moins une application ou un service de m-Santé, contre 35 % dans les pays développés.
De leur côté, les professionnels de santé – médecins et organismes payeurs - sont plus prudents concernant les perspectives de la m-Santé. En effet, près de deux tiers (64 %) d’entre eux déclarent qu’elle offre des possibilités intéressantes, mais qu’il existe trop peu de modèles économiques ayant fait leurs preuves.

En outre, 42 % des médecins interrogés s’inquiètent de la trop grande indépendance que la m-Santé donnera aux patients. D’ailleurs, parmi les patients qui utilisent déjà les services de santé mobile, 59 % déclarent que ces services ont déjà remplacé des consultations de médecins ou des soins infirmiers. Cette inquiétude traduit également une attitude conservatrice, qui constitue une véritable barrière.

C’est pourquoi seuls 27 % des médecins encouragent les patients à utiliser des applications de m-Santé, et 13 % des médecins découragent leur utilisation.

Parmi les raisons qui les pousseraient à adopter la santé mobile, 36% des médecins citent une meilleure qualité de soins, 32% un meilleur accès aux soins et une réduction des charges administratives pour le personnel médical, au profit du patient.

Les organismes payeurs semblent cependant être plus en faveur de la m-Santé que les médecins. 40 % d’entre eux, contre 25 % des médecins, encouragent les patients à laisser les médecins contrôler leur santé et leurs activités à l’aide de services de m-Santé.

Elisabeth Hachmanian associée PwC en charge de l’activité Santé en France déclare, « Malgré la demande et les avantages potentiels évidents de la m-Santé, on n’observe pas d’adoption rapide. Les principales barrières ne sont pas d’ordre technologique, mais plutôt systémique, nécessitant d’ancrer de nouveaux usages dans les pratiques professionnelles. Bien que certains estiment que la santé mobile sera un phénomène marginal ou expriment des doutes quant à son développement, nous pensons que la m-Santé est un axe fort d’évolution de la santé, permettant  une offre meilleure, plus rapide, probablement moins chère à terme, et nettement plus axée sur le patient, qui recherche à être davantage acteur de sa santé. »

Les technologies de la santé appelées à se concentrer sur les solutions pour le patient

Selon PwC, les sociétés innovantes en quête d’opportunités dans le domaine de la m-Santé, notamment les sociétés des secteurs des télécommunications et des nouvelles technologies, doivent chercher à dépasser les barrières ralentissant l’adoption généralisée de la m-Santé. Elles peuvent contribuer à vaincre la résistance au changement en étant moins focalisées sur la recherche de nouvelles technologies, et davantage sur des solutions efficaces axées sur le patient, qui apportent de la valeur pour les organismes de santé comme pour la qualité de vie des patients.

Les services demandés par les patients sont ceux qui aident à communiquer avec les professionnels de santé, à gérer leur bien-être, à donner des informations sur la santé et les médicaments, et enfin à diffuser des informations sur leur état de santé aux professionnels concernés.

Pour Elisabeth Hachmanian, « Ce recentrage sur des solutions pratiques plutôt que sur des évolutions technologiques est d’autant plus nécessaire que l’expérience montre que plus de deux tiers des patients ayant utilisé des applications bien-être avec saisie manuelle de données ont cessé de le faire au bout des six premiers mois. C’est un axe de travail clair pour les industriels. »

Méthodologie

Pour réaliser l’étude Emerging mHealth: paths for growth, PwC a commissionné l’Economist Intelligence Unit afin de dresser un état des lieux de la situation actuelle et du potentiel de la m-santé (défini comme la fourniture de soins de santé ou d’informations liées à la santé via un appareil mobile), et analyser les barrières freinant l’adoption ainsi que les opportunités pour les sociétés cherchant à croître sur le marché de la m-santé. L’étude évalue la maturité de l’adoption de la m-santé à partir de quatre critères - sensibilisation, questions liées à la réglementation et au remboursement, technologie et impact relatif de la m-santé dans dix pays : Afrique du Sud, Allemagne, Brésil, Chine, Danemark, Espagne, États-Unis, Inde, Royaume-Uni et Turquie. Elle comprend également les résultats de deux enquêtes, l’une conduite auprès de plus de 1000 patients et l’autre auprès de 433 médecins, et 345 administrations et organismes payeurs dans les dix pays. L’étude inclut également 20 interviews qualitatives avec les professionnels du secteur.

A propos de PwC

PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, en privilégiant des approches sectorielles.

Plus de 169 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de leurs clients et partenaires.

Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4 000 personnes dans 25 bureaux.

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure <www.pwc.com/structure> .


Sites de PwC les plus fréquemment visités

Liste complète de tous les sites de PwC

Close