PwC utilise des cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici.
X

Communiqué de presse 2013

Neuilly-sur-Seine, le 4 décembre 2013

Le facteur carbone* des principaux producteurs d’électricité augmente pour la 2ème année consécutive

Le facteur carbone européen atteint 350 kg CO2/MWh en 2012, soit une augmentation de 7 kg CO2/MWh par rapport à l’année 2011 (+2 %).

En 2012, la production d’électricité des 20 producteurs d’électricité analysés dans l’étude PwC « Carbon Factor » a baissé de 34 TWh, passant de 2 127 TWh à 2 093 TWh, soit -1,6 % par rapport à 2011. Cette baisse s’explique par le contexte économique délicat en Europe. Inversement, les émissions de CO2 des producteurs d’électricité européens sont, quant à elles, en hausse de +0,6 % sur l’année 2012, passant de 727 millions de tonnes de CO2 (Mt CO2) en 2011 à 732 Mt CO2 l’année suivante. Cette augmentation est notamment due au report de la production vers des sources plus fortement carbonées. L’étude du cabinet d’audit et de conseil PwC compare les émissions de CO2 des principaux électriciens européens, et dresse un classement du facteur carbone* des entreprises.

Compte tenu de la morosité économique européenne, la production d’électricité baisse mais les émissions de CO2 augmentent

Dans un contexte influencé par la crise économique persistante en Europe, les producteurs européens ont produit moins d’électricité que les années précédentes. Cette baisse est essentiellement provoquée par les opérateurs suivants : E.ON, GDF Suez, EDF, Dong et EDP. La crise économique, freinant particulièrement les économies des pays du sud de l’Europe (Grèce, Portugal, Italie et Espagne), a eu pour effet de diminuer la production d’électricité dans ces Etats, malgré une croissance industrielle élevée dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne.

Le Groupe EDF continue de peser fortement sur la production d’électricité en Europe, conservant sa place de leader dans le classement des producteurs. En revanche, GDF Suez Europe sort du Top 5 tandis que, le groupe RWE, monte à la deuxième place.

Concernant les émissions, Concernant les émissions, celles-ci sont en hausse de +0,6 % par rapport à 2011. RWE reste cette année encore l’émetteur le plus important en Europe avec 159 Mt CO2, représentant à lui seul environ 22 % des émissions totales du panel et environ 12 % des émissions du secteur à l’échelle de l’Europe des 28. Le Groupe ENEL prend place dans la catégorie des cinq principaux émetteurs, conséquence d’une augmentation de ses émissions de +2,7 Mt CO2. Il prend la place du Groupe EDF qui, quant à lui, voit ses émissions baisser de 9 % en raison d’une baisse importante de l’activité gaz et hydrocarbure en Italie.

La moyenne européenne du facteur carbone s’établit pour 2012 à 350 kg CO2/MWh contre 343 kg CO2/MWh en 2011, soit une augmentation de 7 kg CO2/MWh (+2 %). En 2011, elle avait atteint 338 kg CO2/MWh, soit une hausse de 2,7 % par rapport à 2010, après trois années consécutives de baisse entre 2008 et 2010.
Douze des 20 sociétés étudiées présentent une hausse de leur facteur carbone (jusqu’à +47 % pour EnBW). Cette hausse est due à l’augmentation de l’intensité carbone de l’énergie non renouvelable (+ 5,5 %), compensée en partie par la réduction de la part d’électricité d’origine non renouvelable dans le mix énergétique (-3,5 %).
Cette année encore, de par son important niveau de production et son parc essentiellement nucléaire (peu émetteur en CO2), le groupe EDF contribue de façon très significative à maintenir le facteur carbone moyen européen à des valeurs relativement basses (le facteur carbone hors EDF s’élève à 452 kgCO2/MWh).

D’après Olivier Muller, directeur Energie et Climat au sein de PwC : « Si on parle beaucoup de transition énergétique, on constate cependant que les producteurs d’électricité font de plus en plus appel aux énergies carbonées, beaucoup plus compétitives au niveau des prix dans un contexte de crise. Le recours aux énergies renouvelables, bien qu’en hausse cette année, ne suffit pas pour autant à diminuer le facteur carbone européen. »

L’électricité d’origine renouvelable est en hausse

De 2011 à 2012, la part des énergies renouvelables dans le mix électrique du panel des 20 sociétés s’est accrue de 16,7 % à 19,1 %. La production nette annuelle à partir d’énergies renouvelables a augmenté de 45 TWh. Sur la même période, la production d’énergies non renouvelables a baissé de 79 TWh pour une baisse générale de la production de 34 TWh.

Cette hausse s’explique notamment par une météo favorable avec des précipitations normales pour l’année 2012. La principale source d’énergie renouvelable reste l’électricité hydraulique avec 15,8 % de la quantité totale d’électricité produite en 2012 (sur un échantillon de 14 fournisseurs d’électricité représentant 83 % de la production en 2012 de l’échantillon étudié).

Statkraft reste l’acteur le plus engagé dans les énergies renouvelables avec une part de 98 % dans le mix énergétique, notamment grâce à ses capacités de production d’électricité hydraulique, qui ont augmenté de 24 % cette année.

Le taux actuel de 19,1 % d’électricité de source renouvelable semble en ligne avec l’objectif européen visant à atteindre en 2020 les 20% d’énergie de source renouvelable dans la consommation finale d’énergie (toutes applications : électricité, chaleur, transports). Néanmoins, l’objectif de 21 % d’électricité produite avec des sources renouvelables à partir de 2010, fixé par la Directive 2001/77/CE, n’est pas encore atteint par le panel.

*Le facteur carbone (exprimé en kg CO2/MWh) peut être défini comme le rapport entre les émissions de CO2 générées et la production d’électricité correspondante.

L’étude Carbone Factor 2013 est disponible sur le site www.pwc.fr

Méthodologie

L’objectif de cette étude est d’identifier, de consolider, d’homogénéiser et de présenter une information complète sur les émissions de CO2 des principaux producteurs d’énergie européens, et d’analyser les principales variations entre les années 2002 et 2012. La majorité des données sont directement accessibles à partir du site Internet des entreprises analysées ou dans leur rapport annuel et/ou dans leur rapport Environnement/Développement durable. Si certaines données peuvent être approximatives, PwC estime que la marge d’erreur ne dépasse pas 10% sur les émissions de gaz à effet de serre directes. PwC ne fournit ni commentaire ni opinion sur les prix de l’énergie ou sur l’impact du CO2 sur l’évaluation des sociétés étudiées.

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 184 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires.
Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 25 pays.
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure


Sites de PwC les plus fréquemment visités

Liste complète de tous les sites de PwC

Close