PwC utilise des cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici.
X

Communiqué de presse 2016

Neuilly-sur-Seine, le 8 février 2016

Ingénierie & Construction : Chaque milliard d’euros investi dans ce secteur permettrait de générer 2,3 milliards d’euros de revenus pour l’économie française et entraîner la création de 12 000 emplois

Selon l’étude « Ingénierie et Construction : impact de la filière sur l’économie française » réalisée par le cabinet d’audit et de conseil PwC, le secteur de l’Ingénierie et de la Construction, 3ème secteur pourvoyeur d’emplois en France, devrait connaître une croissance limitée à 1,1% par an sur les 10 prochaines années, en l’absence de stimuli fort.

Une perspective  modeste, notamment au regard des bénéfices de la filière pour l’économie française en termes de revenus additionnels et d’emplois générés. En effet, tout investissement dans le secteur de l’Ingénierie et de la Construction se traduit par un effet multiplicateur x2 en matière de retombées économiques et d’emplois pour l’économie française.

A l’instar de sa faible croissance depuis 2011, les perspectives du secteur Ingénierie & Construction demeurent limitées sur les 10 prochaines années

Après une croissance annuelle moyenne soutenue à +2,3% entre 2009 et 2011, le marché s’est stabilisé sur la période 2011-2013 autour des 280 milliards d’euros, avant de se retourner à partir de 2013 et de subir une décroissance de -0,9% par an.

Les secteurs du Bâtiment (67% de l’activité totale) et de l’Ingénierie (11% de l’activité) ont particulièrement souffert avec un recul de -1% par an sur la période 2013-2015, non compensé par le secteur des Travaux Publics (22% de l’activité) qui a connu une activité relativement stable sur la période.

Composé de près de 560 000 entreprises, soit presque 15% des entreprises françaises, le secteur de l’Ingénierie et de la Construction est particulièrement fragmenté.  Si 90 à 95% des entreprises sont des TPE de moins de 9 salariés, les entreprises de plus de 20 salariés concentrent environ la moitié du chiffre d’affaires du secteur.

Yan Ricaud, associé chez PwC, responsable du secteur Ingénierie et Construction, analyse l’évolution du marché dans les 10 prochaines années :
« A horizon 2025, le marché de l’Ingénierie et de la Construction devrait croître en moyenne de 1,1% par an grâce à des conditions favorables, telles que l’accroissement de la population, la faiblesse des taux d’intérêts, la pénurie en matière d’offres de logements sur certaines zones tendues, les aides à l’investissement immobilier et à la rénovation énergétique, ainsi que l’émergence de grands projets d’infrastructures. Cette croissance devrait cependant rester modeste pour trois raisons principales : l’augmentation de la dette publique, qui pourrait freiner le lancement de certains travaux par les collectivités locales et les pouvoirs publics ; la réglementation, jugée toujours peu encourageante notamment pour les investisseurs locatifs, ainsi que la hausse des coûts de construction. »

Soutenir ce secteur est d’autant plus stratégique qu’il est essentiel à la bonne santé de l’économie française

Les experts de PwC estiment qu’1 milliard d’euros investi dans le secteur de l’Ingénierie et de la Construction générerait 2,3 milliards d’euros de revenus additionnels pour l’économie française et entraînerait la création de près de 12 000 emplois pérennes

Pour Benjamin Ribault, associé chez PwC, responsable du secteur Ingénierie et Construction : « Au-delà de l’adage ‘quand le bâtiment va, tout va’, nous avons voulu mesurer l’impact de ce secteur sur l’économie française, et le constat est éloquent : chaque euro investi dans ce secteur a un effet multiplicateur x2 sur les revenus générés et les emplois créés pour l’économie française. »

En 2013, la contribution totale du secteur de l’Ingénierie et de la Construction au PIB de la France s’élevait à 9,9%, dont la moitié au travers d’une contribution directe (47%) et l’autre moitié par des contributions indirectes (valeur ajoutée créée par les commandes de la filière aux entreprises tierces) et des contributions induites (valeur ajoutée créée par les dépenses des employés de la filière).

3ème secteur générant le plus d’emplois en France, le secteur représentait 6,5% des effectifs salariés en 2013, avec 1,542 million de travailleurs (sans tenir compte des 316 000 emplois salariés existants dans ce secteur). Si l’on considère les effets indirects et induits, le secteur de l’Ingénierie et de la Construction génère et soutient près de 13% des emplois en France avec 3,316 millions de salariés recensés en 2013. Il se place donc sur la 1ère marche du podium des employeurs, devant les secteurs du Commerce et des Services aux Entreprises.

 « Si l’on extrapole ces résultats à deux exemples concrets, que sont le déficit de construction de logements neufs ou encore le lent démarrage d’un certains nombres de grands projets pourtant identifiés et finançables, une plus grande ambition en termes de volumes et d’accélération de mise en œuvre se traduirait par la création rapide de près de 250 000 emplois pour l’économie française », estime Benjamin Ribault.

Afin d’illustrer de manière chiffrée l’impact de la contribution du secteur de l’Ingénierie et de la Construction, les experts de PwC ont axé leur démonstration sur deux segments moteurs de cette industrie qui sont :

1. La réalisation de grands projets

Dans la lignée des ambitions du plan Juncker (315 milliards de grands projets d’infrastructures financés au niveau européen), de nombreux projets concrets émergent en France, mais restent sujets aux lenteurs de prise de décision et aux problématiques de financement public-privé.

Ainsi, la mise en route rapide des grands projets connus à date permettrait de créer environ 84 000 emplois annuels sur les 16 prochaines années.

2. Le secteur du logement neuf en France

Malgré des signes encourageants de reprise sur 2016, le secteur du logement neuf reste déprimé et accuse un déficit d’environ 150 000 logements par rapport à la cible gouvernementale de 500 000 fixée en 2013.

Le respect de cette cible des 500 000 logements permettrait de créer plus de 160 000 emplois annuels, et générerait plus de 10 milliards d’euros de valeur ajoutée pour l’économie française.

Méthodologie

Les différents constats et perspectives présentés dans l’étude « Ingénierie et construction : impact de la filière sur l’économie française » sont basés sur l’analyse des statistiques d’entreprises réalisées par l’ESANE (Elaboration des Statistiques Annuelles d’Entreprises) en 2013 – il s’agit des derniers chiffres obtenus à date.

À propos de PwC France et pays francophones d’Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles. La raison d'être de PwC est de renforcer la confiance au sein de la société et d’apporter des solutions aux enjeux stratégiques de ses clients. Plus de 208 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 23 pays.
L’expertise sectorielle Ingénierie & Construction regroupe près de 5 000 experts à travers le réseau de PwC, dont 200 spécialistes en France. Rendez-vous sur www.pwc.fr
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure.

Pour suivre l’actualité de PwC

Retrouvez PwC sur Twitter et sur Linkedin