Introduction à la blockchain

 

Blockchain, le pouvoir du possible 

 

Imaginez un "très grand cahier que tous peuvent lire gratuitement et librement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible" *. C’est en essence la blockchain : une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente et sécurisée.

Nous pensons que les possibilités apportées par cette technologie sont immenses et pourraient révolutionner notre façon de penser et de gérer nos activités.

Mais comment cette technologie pleine de promesses peut elle être adoptée ? Quel est son niveau de maturité ? Comporte t-elle des risques ? Peut on en mesurer les bénéfices au regard de l’investissement qu’elle représente ?

 

*Jean-Paul Delahaye, mathématicien


 

La blockchain, une chaîne d’informations partagée et sécurisée

La blockchain est constituée de blocs, chacun contenant l’enregistrement de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs à un instant donné. Ces différents blocs fournissent ainsi l'historique de toutes les transactions depuis sa création et permet à chacun de contrôler l’exactitude des données échangées

La blockchain est un registre distribué : ce sont les utilisateurs qui possèdent et mettent à jour les informations, sans qu’il y aie besoin d’une autorité centrale. Ce caractère décentralisé permet d’explorer de très nombreux champs d’exploitation, au-delà des monnaies numériques comme le Bitcoin pour lequel elle a été inventée en 2008.

Banques, assurance, immobilier, santé, énergie, transports, vote en ligne…les applications seraient multiples. Le secteur financier explore notamment les possibilités de cette technologie dont les bénéfices sont substantiels : réduction de coûts, d’erreurs et de temps.

56%

des entreprises du secteur de l’assurance disent reconnaître l’importance de la blockchain

57%

reconnaissent qu’elles ne savent pas comment s’approprier cette technologie

 

6 questions sur la blockchain

De même qu’Internet a révolutionné notre manière d’interagir, la technologie blockchain conduit à repenser complètement la gestion d’une transaction et de sa vérification. Cette technologie, sur laquelle repose le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies, possède un fort potentiel disruptif pour de nombreux processus de l’entreprise. Le point en 6 questions.

Qu’est ce que la blockchain implique pour les institutions financières ?

La technologie blockchain représente une nouvelle génération de logiciels qui améliore les processus de l’entreprise. Le secteur financier commence à réaliser son potentiel après plusieurs décennies consacrées à l’investissement dans les logiciels internes.

Cette technologie permet de fiabiliser les transactions et devrait ainsi offrir de multiples applications dans la banque, avec un très bon retour sur investissement.

Mais la mise en place de cette technologie représente un défi : les entreprises ne peuvent pas la mettre en place seules. Elles doivent collaborer différemment et plus activement avec leurs consommateurs, fournisseurs, et concurrents.

Quels défis & opportunités cette technologie représente pour le secteur financier ? 

Les institutions financières comme les banques ont incarné pendant longtemps la position de « tiers de confiance » validant l’authenticité et l’exactitude des transactions. La technologie blockchain permet de s’affranchir de ce tiers de confiance.

Les opportunités de la blockchain résident dans la garantie d’accord de la part de toutes les parties prenantes d’une transaction. Cela est rendu possible grâce à l’enregistrement à toutes les étapes de sa réalisation de la provenance et de la propriété de la transaction. C’est justement parce que la blockchain permet d’enregistrer et d’authentifier chaque étape qu’elle pourrait être utilisée pour sécuriser et vérifier tout type de transaction, sans interaction avec une troisième partie prenante.

Certains freins existent cependant au développement des blockchains : il n’existe pour le moment pas de cadre règlementaire coordonné et exhaustif autour des blockchains, ce qui retarde leur adoption par un certain nombre d’entreprises et d’institutions. Par ailleurs, la technologie est naissante et n’a pas encore été testée à grande échelle.

Comment la blockchain est-elle liée au Bitcoin ?

La technologie blockchain est ce qui a permis l’existence de la crypto-monnaie, tel que le Bitcoin. Pour les consommateurs, les crypto-monnaies offrent des options de paiement en peer-to-peer moins chères et plus rapides que celles offertes par les services financiers traditionnels, sans avoir besoin de fournir des détails personnels.

Alors que les crypto-monnaies sont de plus en plus acceptées comme moyen de paiement, la volatilité des prix et l’opportunité de réaliser des investissements spéculatifs encouragent les consommateurs à ne pas les utiliser comme moyen de paiement, mais plutôt à les échanger.

Cependant, les crypto-monnaies représentent un potentiel sans précédent pour les consommateurs d’accéder à un système de paiement global, partout et tout le temps. Dans ce système la participation est uniquement limitée par l’accès à la technologie, et non pas par des facteurs bancaires (ex : le fait d’avoir un compte et l’historique de crédits.)

Qu’est ce qui garantit que la blockchain soit inviolable ?

Alors que la cybersécurité représente un enjeu central pour le développement digital des entreprises, la blockchain offre, de part sa composition et son fonctionnement, une sécurité pour toute transaction.

Chaque participant du réseau dispose d’une copie intégrale du registre de la blockchain. Pour effectuer des transactions, chaque utilisateur dispose d’une clef privée permettant d’initier la transaction. L’ajout d’une nouvelle transaction au registre est effectué par des utilisateurs appelés « mineurs ». Chacun d’entre eux regroupe les transactions ‘en attente’ dans un nouveau bloc.

Ce procédé permet de vérifier l’exactitude d’une transaction. Par ailleurs, afin d’éviter qu’un de ces mineurs ne prenne volontairement le contrôle de la chaîne et ajoute plusieurs transactions à la fois, le système est autorégulé :

  • Un minimum de temps est requis pour ajouter un bloc (preuve de travail) : pour valider un bloc, chaque mineur doit résoudre un défi
  • En cas de « découverte » de blocs en même temps par deux mineurs, la plateforme considère alors comme ‘chaîne légitime’ la chaîne la plus longue.
Quel est le pouvoir disruptif de la technologie blockchain ?

La technologie à la base du fonctionnement des crypto-monnaies a le potentiel de transformer un large éventail de transactions, au-delà des paiements traditionnels. Les services financiers pourraient utiliser la technologie blockchain partout où se trouvent des enregistrements digitaux des transactions et pour tout type de transaction nécessitant la vérification d’un tiers de confiance.

Cela inclurait, mais la liste n’est pas exhaustive, le transfert de biens digitaux ou matériels, la protection intellectuelle, ou encore la vérification de la chaîne de traçabilité d’un produit.

Dans un contexte de cybercriminalité croissante et d’exigences réglementaires strictes, un système résistant à la fraude et permettant de protéger et d’authentifier tout type de transaction pourrait avoir un impact révolutionnaire sur le secteur financier. 

Quelles seraient les applications potentielles de la blockchain ?

Le trade finance (financement du commerce international) est un candidat naturel de la blockchain : en effet, il implique de nombreux intervenants (banques dans 2 pays, fournisseur, acheteur, entrepôts…) dans un processus long et coûteux (ex. multiples vérification, émissions de lettres de crédit). Ces différents intervenants pourraient enregistrer les documents directement sur une seule blockchain pour un traitement plus automatisé.

La gestion des titres fait également intervenir de nombreux intermédiaires (courtiers, chambre de compensation, dépositaire central, banques dépositaires, …). Par exemple, la bourse de New-York a récemment dévoilé un nouveau système pour le marché privé du Nasdaq : celui-ci connecte les investisseurs institutionnels avec les sociétés qui ne sont pas encore listées sur un marché public et facilite le transfert et la gestion des titres des sociétés privées.

Avec la blockchain se développement également les smart-contrats : ce sont des programmes qui exécutent de façon automatique les termes d’un contrat. Les applications sont multiples, notamment dans le domaine de l’assurance (par exemple, confirmation du sinistre et paiement automatisé de l’assuré)

Mais la technologie blockchain se déploie au-delà du secteur financier : enregistrement des actes notariés, certification des diplômes ou encore dans la santé. Ainsi, une entreprise de la e-santé a imaginé un proof-of-concept qui permettrait à des patients de stocker leur historique médical de façon sécurisée tout en créant des règles pour y accéder en cas d’urgence. 

 

Pour en savoir plus ...

Contactez-nous

Romain Godard
Associé
Tel : +33 156578640
Email

Suivez-nous