La filière : une opportunité face aux nouveaux défis du secteur agroalimentaire

Communiqué de presse

Neuilly-sur-Seine, le 19 septembre 2017

Dans un contexte où les acteurs de l’agroalimentaire doivent relever de nombreux défis pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, à la recherche de plus de transparence, de traçabilité mais aussi adeptes d’un mode de consommation plus « responsable », le secteur connait une accélération de sa mutation. Selon la dernière étude du cabinet de conseil et d’audit de PwC « La filière, un atout pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs », menée auprès d’une vingtaine de professionnels, la structuration de filières apparaît désormais comme une réponse aux nouveaux enjeux de l’industrie agroalimentaire.  

Le consommateur, de plus en plus adepte d’une consommation responsable

Alors que l’origine du produit et son impact sur la santé, était une des préoccupations majeures des consommateurs ces dernières années, l’impact des produits alimentaires sur l’environnement et la société joue aujourd’hui un rôle crucial dans le choix final du consommateur. Il attache désormais de l’importance aux conséquences de leurs modes de production mais aussi à la juste prise en compte des producteurs. Ainsi, 65 % des français sont prêts à payer jusqu’à 30 % plus cher pour des produits alimentaires dits « durables »[i].

En réponse à ces nouveaux besoins, les consommateurs se tournent vers des produits labellisés biologiques (+21 % de croissance du secteur en 2016)[ii], d’appellation d’origine contrôlée ou encore issus du commerce équitable. La plupart des entreprises développent également leurs propres labels ou chartes internes pour capter cette nouvelle typologie de consommateurs.

L’accès des consommateurs à ces produits labellisés est facilité par le e-commerce classique, le e-commerce producteur, les ventes privées mais aussi les formules par abonnement ou collaboratives. Enfin, les circuits courts et la vente directe sont plébiscités par les consommateurs lorsqu’il s’agit de produits ne nécessitant pas de processus industriel de transformation (fruits et légumes, laitages, miel…). Ces canaux permettent une plus grande connaissance du produit grâce à la mise en relation directe avec le producteur et impactent positivement la sphère socio-économique.

 

[i] Source: étude GreenFlex-Ethicity, 2016

[ii] Sources: INAO, AgenceBio, PFCE

« Nous constatons une réelle prise en compte des attentes des consommateurs de la part des entreprises. Des produits et des chaînes de productions responsables contribuent aujourd’hui à faire d’une entreprise, qu’elle soit transformateur détenteur de marques ou distributeur, un acteur engagé. Cependant, les labels portent encore trop sur les qualités intrinsèques du produit et son origine et ne répondent que partiellement aux attentes réelles des consommateurs ».

Selon Baptiste Bannier, Directeur chez PwC, responsable du secteur Agribusiness

Le modèle historique du secteur agroalimentaire n’est plus la norme

Ces nouvelles attentes du consommateur remettent en cause le modèle historique du secteur de l’agroalimentaire. Alors que la standardisation, la massification/rationalisation des flux, la capacité d’investissement limitée et la volatilité des prix constituaient jusque-là la norme, le secteur se mue pour répondre à ses nouveaux enjeux : le besoin d’agilité pour adresser des besoins spécifiques, un rapprochement avec le producteur et/ou consommateur afin d’identifier les tendances, adapter les modes de productions, obtenir de la visibilité à long terme…

 

La filière, un cadre contractuel et sécurisant mais qui doit encore être optimisé

La filière, regroupement d’acteurs de la chaîne agroalimentaire, centré sur un produit ou une gamme restreinte, est dotée d’un cahier des charges précis autour d’un cadre contractuel visant à sécuriser l’ensemble des acteurs dans la durée, tant en termes de prix qu’en termes de volume. Son objectif est de répondre à différents enjeux : protéger la santé du consommateur, limiter l’impact environnemental du produit et améliorer l’impact sociétal du produit.

Le développement de nouvelles filières se heurte à de nombreux défis partagés par l’ensemble des acteurs de la chaîne, relatifs à la connaissance du consommateur pour identifier et anticiper ses besoins, l’alignement du temps de développement produit et du temps du marketing, la mise en place d’un modèle de répartition de la valeur satisfaisant pour les différentes parties prenantes ou encore la gestion des impacts sur la supply chain que représente une offre plus segmentée.

 

Connaissance du consommateur, alignement des temps de développement, répartition de la valeur et agilité de la supply chain constituent les éléments clés de la structuration d’une filière 

En réponse aux enjeux inhérents au développement des filières, les entretiens menés lors de l’étude ont permis d’identifier des solutions pour garantir leur bonne structuration.

Tout d’abord, la connaissance du consommateur est essentielle et doit être partagée avec l’ensemble de la filière. L’adaptation de l’amont aux besoins des consommateurs doit passer par plusieurs leviers : de la mutualisation des coûts à l’engagement des distributeurs sur une organisation contractuelle dans la durée en passant par le développement d’une capacité d’investissement sur le long terme. La confiance, la transparence et la coordination sont indispensables à une répartition équitable de la valeur. Enfin, l’agilité de la supply chain doit être au rendez-vous. Elle doit permettre la planification et une coordination interne mais aussi externe, un pilotage de portefeuille produit et l’existence de solutions de tracking garantes de la traçabilité.  

Ces prérequis permettent l’adhésion à un projet commun, définit par une vision de long terme où la totalité des acteurs est impliquée pour la mise en place de la conduite du changement autour du projet. La co-construction, la confiance et la transparence opérationnelle sont des éléments clés pour le succès de la filière mais il faut aussi savoir être patient : la mise en place d’une filière prend en moyenne 3 ans »

conclut Sabine Durand-Hayes, associée Transactions, responsable du secteur Biens de consommation chez PwC.

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable, privilégiant des approches sectorielles. 

Plus de 223 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau international de PwC partagent solutions, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 800 personnes couvrant 23 pays. Rendez-vous sur www.pwc.fr

En se mobilisant au quotidien pour conseiller et accompagner ses clients dans leur réussite, PwC contribue à la dynamique de l’économie française. A travers ses études et ses analyses d’experts, PwC s’engage également à anticiper les économies du futur et à développer les nouveaux usages technologiques. Enfin, en apportant des solutions pour maîtriser les risques, PwC crée de la confiance entre les acteurs et sécurise le cœur de l’économie française.

PwC France a lancé le mouvement #LetsgoFrance pour valoriser tous ceux qui travaillent à la réussite de l'économie française.

Rejoignez-nous et agissons ensemble : letsgofrance.fr

PwC a remporté le prix "Audit Innovation of the Year" 2016, qui reconnaît son leadership parmi la profession pour fournir des services de haute qualité et recruter des collaborateurs talentueux et ouverts d'esprit.

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Contactez-nous

Élodie Gaillard
Responsable des relations presse
Tel : +33 1 56 57 10 42
Email

Sabrina Gallinotti
Relations presse
Tel : +33 1 56 57 17 45
Email

Suivez-nous !