Pratiques d’évaluation des sociétés en Afrique: comprendre et optimiser la valeur d’un projet d’investissement

Communiqué de presse

Abidjan, le 13 juillet 2017

PwC dévoile la 8ème édition de son étude consacrée aux méthodologies d’évaluation, publiée tous les deux ans. Cette nouvelle édition, intitulée

« Closing the value gap », s’intéresse aux pratiques d’évaluation des sociétés en Afrique, principalement dans le contexte de transactions.

L’environnement transactionnel africain est devenu de plus en plus difficile à appréhender, dans un contexte d’incertitude économique globale. Réaliser des transactions sur des marchés émergents présente des opportunités mais aussi des défis : des défis de nature différente qui peuvent survenir en amont de la transaction, lors des négociations ou même dans la phase d’intégration. Dans cette nouvelle étude, PwC a interrogé plus de 70 professionnels impliqués dans des opérations de fusions-acquisitions sur le continent africain avec un objectif : analyser les causes des échecs de certaines transactions pour mieux cerner et comprendre les facteurs de réussite.

Cette étude fournit ainsi aux investisseurs un éclairage et des références pour analyser la valeur d’une cible et mieux en négocier le prix.

Fondée sur la précédente édition, l’étude dresse un panorama du paysage des investissements en Afrique de l'Est et de l’Ouest, ainsi que de l'Afrique francophone.

« Réaliser des transactions sur des marchés en croissance comme l'Afrique peut s’avérer extrêmement compliqué, notamment lorsque les conditions du marché sont difficiles à appréhender et changeantes. Cela peut constituer un réel défi pour les spécialistes en évaluation. Une transaction avortée entraîne des coûts considérables en termes de motivation des équipes, de temps et d'argent, et enfin de perte d’opportunité de création de valeur. »

explique Françoise Gintrac, Associée de PwC France & Afrique francophone, responsable de l’activité Evaluation & Modélisation financière

 

Le principal frein aux transactions en Afrique : la difficulté à apprécier la valeur de l’entreprise cible

Bien que le manque d'informations financières reste l'une des principales préoccupations pour étudier une opportunité d’acquisition en Afrique, l'incapacité à se mettre d'accord sur la valeur a été citée comme la principale cause d'échec des transactions. Selon les professionnels interrogés, la difficulté à cerner la valeur, et donc à se mettre d’accord sur un prix, provient entre autre de l’incertitude sur le plan de développement de la cible (capacité de croissance, d’amélioration du profit, etc.), de l’instabilité de l’environnement (économique, réglementaire…) et du manque d’information permettant d’avoir des références de valeur et des multiples de valorisation appropriés.

 

« Aucun facteur ne peut être pointé du doigt comme étant la seule raison des difficultés d’appréciation de la valeur d’une cible en Afrique. En revanche, il apparaît clairement que des recherches étendues sur des transactions antérieures, l’analyse des marchés boursiers africains, la comparaison avec des sociétés de même secteur sur d’autres marchés, ainsi que la réalisation de due diligences détaillées (notamment sur les prévisions) permettent de mieux comprendre la valeur et donc, d’être dans une meilleure position de négociation »

précise Françoise Gintrac

 

La clé d’une transaction réussie : une stratégie d’acquisition clairement définie

L’étude met aussi en évidence que la méthode privilégiée par les investisseurs demeure celle des Discounted Cash Flow (DCF). 

Que l’évaluation s’appuie sur la méthode des DCF ou sur une approche de marché, la question des primes spécifiques, et notamment celle du risque pays, est importante pour toutes les professionnels interrogés. Cette question est délicate et l’amplitude des primes appliquées traduit la diversité des risques pays mais également des situations. Le risque pays est évidemment différent selon la nature des actifs, la devise des revenus et des coûts et, peut même dans certains cas, être partiellement ou entièrement couvert par des assurances.

Concernant les projets d’infrastructures, extrêmement importants sur le continent africain - comme en témoigne l’augmentation des dépenses dans le domaine cette année avec 83,4 milliards de dollars engagés en 2015 contre 74,5 milliards en 2014 - cette étude révèle qu’ils présentent des caractéristiques bien distinctes, les différenciant des placements traditionnels en capital ou en dette. Ils nécessitent donc des approches particulières. 

« Compte tenu du contexte incertain, tant sur la cible que sur son environnement, la meilleure manière d’en estimer la valeur est de construire différents scénarios »

rappelle Françoise Gintrac

« On constate sans surprise que les entreprises qui ont une stratégie d’acquisition clairement définie et procèdent à des due diligences approfondies, sont généralement les plus à même de mener à bien leurs transactions. En outre, la réussite d’un bon nombre de transactions repose en grande partie sur la capacité du management à mettre en œuvre avec succès une stratégie d'intégration. »

déclare Philippe Couderc, Associé de PwC France et Afrique francophone en charge des activités Transactions

 

Méthodologie

Cette nouvelle édition de l’étude biennale de PwC sur la méthodologie d’évaluation présente les résultats d’un sondage écrit mené entre le 8 novembre 2016 et le 27 janvier 2017. Elle rassemble les témoignages de 74 analystes financiers et investisseurs à travers les régions du Sud, de l'Est et de l'Ouest du continent africain.

 

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable, privilégiant des approches sectorielles. 

Plus de 223 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau international de PwC partagent solutions, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour clients et partenaires. Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 800 personnes couvrant 23 pays. Rendez-vous sur www.pwc.fr

En se mobilisant au quotidien pour conseiller et accompagner ses clients dans leur réussite, PwC contribue à la dynamique de l’économie française. A travers ses études et ses analyses d’experts, PwC s’engage également à anticiper les économies du futur et à développer les nouveaux usages technologiques. Enfin, en apportant des solutions pour maîtriser les risques, PwC crée de la confiance entre les acteurs et sécurise le cœur de l’économie française.

PwC France a lancé le mouvement #LetsgoFrance pour valoriser tous ceux qui travaillent à la réussite de l'économie française.

Rejoignez-nous et agissons ensemble : letsgofrance.fr

 

PwC a remporté le prix "Audit Innovation of the Year" 2016, qui reconnaît son leadership parmi la profession pour fournir des services de haute qualité et recruter des collaborateurs talentueux et ouverts d'esprit.

 

« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure.

 

Contactez-nous

Élodie Gaillard
Responsable des relations presse
Tel : +33 1 56 57 10 42
Email

Sabrina Gallinotti
Relations presse
Tel : +33 1 56 57 17 45
Email

Suivez-nous !