Communiqué de presse 2016

Neuilly-sur-Seine, le 17 mars 2016

France / Allemagne : 2015, année record pour le marché des fusions-acquisitions

Selon la dernière étude du German Business Group de PwC France, 2015 aura été une année record en nombre de transactions puisque la France a atteint pour la première fois son niveau d’avant la crise de 2008 et que l’Allemagne a réalisé son meilleur résultat en nombre de transactions sur ses 15 dernières années, avec respectivement 2794 et 2648 opérations enregistrées.
Depuis 2009, le marché des fusions-acquisitions transfrontalières entre la France et l’Allemagne s’est inversé puisque c’est maintenant la France qui réalise plus d’acquisitions d’entreprises allemandes qu’inversement. 
D’ailleurs, l’Allemagne confirme une plus forte attractivité des investisseurs étrangers que la France puisque plus de la moitié de ses transactions sont réalisées avec des investisseurs étrangers (54%) contre seulement à peine 4 opérations sur 10 pour la France (39 %).
Enfin, la France, quant à elle, confirme son appétence pour les opérations de capital-investissement, atteignant un nouveau niveau record en 2015 avec 674 opérations (+12 % par rapport à 2014).

Le marché allemand des fusions acquisitions enregistre sa meilleure performance avec une hausse de 57 % et se rapproche de la France, qui enregistre également une année à la hausse (+34 %)

En 2015, l’Allemagne a comptabilisé 2648 transactions, en hausse de 57% par rapport à 2014. Grâce à cette croissance record, l’Allemagne se rapproche de la France qui enregistre, quant à elle, 2794 transactions en croissance de 34% par rapport à 2014.
On note que l’écart entre les deux pays se réduit fortement par rapport à 2014 et qu’avec seulement 146 transactions de plus pour la France ; les deux pays n’ont jamais été aussi proches.

Selon Olivier Lorang, directeur PwC responsable Transactions du German Business Group :« L’Allemagne n’avait jamais été aussi performante sur le marché des fusions-acquisitions et la France n’avait plus atteint pareil niveau depuis l’avant-crise. Ces niveaux records d’opérations s’inscrivent dans la tendance notée au niveau mondial de forte croissance du marché des fusions-acquisitions en 2015. De plus, le marché des fusions-acquisitions a bénéficié d’un climat macro-économique moins anxiogène en 2015, une abondance de liquidités, des conditions de crédit très favorables, et de faibles cours à la fois du pétrole et de l’ensemble des matières premières. »

De plus en plus d’opérations transfrontalières entre la France et l’Allemagne

En 15 ans, le marché des fusions-acquisitions s’est complétement inversé. Depuis 2009, la France réalise plus d’acquisitions d’entreprises allemandes qu’inversement et cette tendance s’accentue encore en 2015. 
En effet, avec 59 acquisitions d’entreprises allemandes par des sociétés françaises, soit une hausse de 55% par rapport à 2014, les deux partenaires économiques atteignent des niveaux encore jamais égalés, permettant à la France de retrouver sa 4ième place des pays investissant le plus en Allemagne.
Par ailleurs, l’Allemagne a réalisé 30 acquisitions en France et conserve un niveau de transactions relativement stable avec son voisin européen.
Ceci s’inscrit dans un cadre plus général où pour la première fois depuis 1961 la France perd son rang de premier partenaire économique de l’Allemagne au profit des Etats-Unis puisque l’Allemagne exporte aujourd’hui davantage sur le marché américain que sur le marché hexagonal.

Les transactions avec des investisseurs étrangers ont fortement augmenté en France et en Allemagne en 2015

L’étude menée par le German Business Group de PwC montre que l’Allemagne attire toujours plus d’investisseurs étrangers que la France avec respectivement 54% et 39% de transactions réalisées avec des investisseurs étrangers pour l’année 2015.
De plus, l’Allemagne et la France ont confirmé leur dynamique et l’attractivité de leur marché à l’international en progressant chacun de 15 et 14 points par rapport à 2014. 
On constate notamment que les américains et les britanniques ont plus que doublé leurs investissements en France et en Allemagne pour atteindre des niveaux de transactions encore jamais atteint.
Le marché allemand, tout particulièrement, confirme sa forte attractivité aux yeux des investisseurs internationaux en réalisant plus de la moitié de ses transactions avec des investisseurs étrangers, originaires principalement des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suisse.

Olivier Lorang explique : « L’année 2015 aura été marquée par une très forte attractivité de l’Allemagne, en partie liée à la transmission d’entreprises du Mittelstand, ce tissu d’entreprises de tailles intermédiaires, détenues et gérées principalement par des familles et qui fait face à un vieillissement de ses dirigeants.
De plus, portée par un marché domestique en croissance et des exportations toujours en hausse, l’Allemagne confirme son attractivité aux yeux des investisseurs étrangers.

L’écart entre la France et l’Allemagne sur le marché des opérations de capital investissement se creuse encore un peu plus en 2015

Les opérations de capital-investissement, comprenant les opérations avec effet de levier (LBO) et les opérations de capital-développement et capital-risque (Venture Capital) ont progressé en France alors qu’elles se stabilisent en Allemagne, accentuant encore un peu plus l’écart entre les deux pays.
Ainsi, en 2015, 674 opérations de capital-investissement ont été réalisées en France (+ 12 %) et 394 en Allemagne (392 en 2013). 
La France confirme ainsi sa forte attractivité sur le marché des opérations de capital-investissement après une baisse significative en 2013, tandis que l’Allemagne, après une progression régulière des opérations depuis 5 ans, se stabilise en 2015.

Pour Olivier Lorang : « Le volume des opérations de capital-investissement atteint un niveau record en 2015. Signe que le secteur du buyout tricolore est bien ancré dans son économie, l’écart entre la France et l’Allemagne s’accentue un peu plus, l’Allemagne étant historiquement plus réticente vis-à-vis du capital investissement, et préférant le financement auprès d’établissements de proximité.

Les 5 premières transactions en termes de valeur en 2015 (acquéreur allemand/cible française)

 

Les 5 premières transactions en termes de valeur en 2015 (acquéreur français/cible allemande)

 

Méthodologie

Toutes les transactions (en volume) sont recensées par Zephyr et ont été extraites en février 2016.

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique

PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil (stratégie, management, transactions) créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles. 
Plus de 208 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires. 
Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 24 pays. 
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Pour suivre l’actualité de PwC

Retrouvez PwC sur Twitter et sur Linkedin