PwC utilise des cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici.
X

Communiqué de presse 2013

Neuilly-sur-Seine, le 18 mars 2013

D’après les prévisions de PwC Autofacts, la part de marché mondiale des véhicules hybrides et électriques devrait passer de 1,7% en 2011 à 6,3% d’ici 2020

Dans son étude « Charging forward », l’institut d’analyse automobile PwC Autofacts publie ses prévisions et interroge 200 professionnels de 34 pays sur les perspectives des véhicules électriques.
L’étude révèle les préférences des consommateurs en termes d’infrastructure, de coût et de modèle (location/achat) : ils souhaitent au moins une borne de recharge pour 20 véhicules, ne comptent pas dépenser plus de 5000 dollars supplémentaires pour un véhicule électrique, et sont donc favorables à la location plutôt qu’à l’achat.
L’étude montre aussi que, parmi les motorisations existantes, plusieurs vont fortement se développer d’ici 2020, l’électrique gagnant du terrain par rapport à l’hybride.

6,3% de véhicules électriques en 2020 contre 1,7% en 2011

Selon les prévisions de PwC Autofacts, la part des véhicules hybrides et électriques dans la production mondiale de véhicules passera de 1,7 en 2011 à près de 5% en 2016, pour atteindre près de 6,3% en 2020.

« Même si l’on ne produit pas encore beaucoup de voitures électriques dans le monde, c’est un marché sur lequel tous les constructeurs vont se diriger, à des rythmes différents », déclare François Jaumain, associé PwC spécialiste du marché automobile. « Si les freins à l’adoption du véhicule électrique restent présents (le prix, le manque d’infrastructures, les freins psychologiques surtout !), nous pensons que ce marché reste porteur pour l’avenir. C’est notamment le cas lorsque l’on veut vendre des voitures en Chine : ce type de véhicule est celui qui rencontre le moins de barrières en termes d’immatriculation, c’est donc une opportunité pour les constructeurs. Reste évidemment à atteindre une production de masse que nous attendons dans les années à venir. »

Dans ce contexte, les motorisations seront en 2020 très partagées : à la fois le « mild hybrid » (voitures équipées d’un système de Stop & Start et d’un système de récupération d’énergie au freinage), le « full hybrid » (véhicule disposant de deux moteurs, l’un thermique et l’autre électrique), le « PHEV » – Plug-in hybrid electric vehicle (comme le « full hybrid », mais avec des batteries rechargeables) et le « PEV », la voiture électrique rechargeable.

Selon François Jaumain, « On voit bien que d’’ici 2020, ce seront toujours les véhicules hybrides qui offriront le meilleur raport efficacité-praticité, devant les véhicules électriques, même si l’écart se resserre. En effet, 41% des professionnels assurent que l’hybride offre le meilleur rapport efficacité-praticité aujourd’hui, or ils ne sont que 25,3% à penser que ce sera toujours le cas en 2020. »

Interrogés sur les pays leaders en termes de technologies sur le véhicule électrique, le Japon est mentionné comme dominant aujourd’hui, mais d’ici 2020 les sondés envisagent la montée de la Chine et des Etats-Unis, et pensent qu’une collaboration mondiale entre les équipementiers de ces diffférents pays se mettra en place.

Les infrastructures idéales : au moins 1 borne de recharge pour 20 habitants

Le développement des infrastructures est un levier indispensable pour inciter les ménages à s’équiper. Les critères déterminants sont le nombre et l’emplacement des bornes de recharge pour véhicules électriques.
Environ 25% des professionnels interrogés ont indiqué qu’une borne pour 20 véhicules électriques serait un ratio idéal. A l’opposé, ils sont 20% à préférer une borne pour 5 véhicules. Ces écarts indiquent que l’industrie est encore loin d’avoir trouvé un consensus sur cette question.

Rappelons également que ce qu’on appelle un « chargement rapide » de la batterie correspond à un chargement d’environ 80% de la batterie en moins de 30 minutes.

Plusieurs constructeurs ont déjà fait des efforts sur les prix

Les constructeurs automobiles sont pleinement conscients que le coût excessif reste un frein majeur pour les consommateurs. Ils proposent donc plusieurs options subventionnées pour stimuler les ventes.
Le business model qui apparaît le plus avantageux pour les consommateurs est la location du véhicule électrique pour 44% des professionnels interrogés (comme le propose PSA) ; devant l’achat pour 34,5% d’entre eux (comme le propose Nissan) ; et enfin le modèle mixte qui consiste à acheter le véhicule mais à louer la batterie pour 21,2% d’entre eux (comme le propose Renault).
La location permet aux consommateurs de payer moins cher, et de ne pas se soucier de la maintenance et du remplacement de la batterie. Ceux qui achètent se trouvent aujourd’hui confrontés à un problème de revente de leur batterie quand ils veulent changer de véhicule.

5 000 dollars : c’est le coût supplémentaire que les consommateurs accepteraient de payer pour un véhicule électrique

Pour près de 46% des professionnels interrogés, la raison principale qui pousserait les consommateurs à payer un prix initial élevé pour un véhicule électrique est une promesse d’économie sur le long terme.

Les consommateurs ne s’attendent pas à dépenser plus de 5,000 US dollars supplémentaires pour un véhicule électrique. Cette limite ne devrait pas être atteinte avant 5 ans, à moins qu’une avancée technologique majeure ne voie le jour.

Méthodologie « Global State of Information Security Survey 2013 »

L’Enquête « Global State of Information Security Survey 2013 » sur l’état général la sécurité de l’information a été publiée par PwC, CIO magazine et CSO magazine. Elle a été réalisée via internet du 1er février 2012 au 15 avril 2012. Plus de 9 300 CEO, CFO, CISO, CIO, CSO, vice présidents, et directeurs des technologies et sécurité de l’information de 128 pays étaient invités par mail à répondre à l’enquête.

A propos de PwC

PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 180 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires.
Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4 000 personnes dans 25 bureaux.
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure


Sites de PwC les plus fréquemment visités

Liste complète de tous les sites de PwC

Close